11 Nov - 2015 | par Mathieu Laberge

Patinage de vitesse sur longue piste – Coupe du monde, saison 2015-2016

La fleur de lys retrouve son lustre

Montréal, 11 novembre 2015 (Sportcom) – La saison 2015-2016 de patinage de vitesse longue piste sera marquée par un retour de nombreux athlètes québécois au sein de l’équipe canadienne de Coupe du monde. Menés par le médaillé de bronze du 500 mètres des Championnats du monde par distances individuelles Laurent Dubreuil, Alex Boisvert-Lacroix, Alexandre St-Jean, Olivier Jean et Antoine Gélinas-Beaulieu seront tous au coup d’envoi de la saison qui sera donné vendredi, à Calgary.

Ceux-ci n’ont pas encore le palmarès de leur coéquipier Dubreuil, sauf qu’ils ont un point en commun qui échappe à ce dernier : ils ont tous participé à des compétitions internationales en courte piste à un moment de leur carrière.

« Nous avons souvent pensé que nous n’avions pas tous les outils nécessaires. Patiner à l’extérieur, ce n’est pas toujours des conditions gagnantes, mais l’an passé, j’ai prouvé qu’on pouvait être au haut niveau », explique Dubreuil, qui se réjouit d’être rejoint par trois coéquipiers du Centre national Gaétan-Boucher, Olivier Jean s’entraînant à Calgary.

Dubreuil, grand amateur des statistiques de son sport, croit qu’il aura de la compagnie dans le groupe A au 500 mètres qui regroupe les 20 meilleurs au monde. « Dans l’histoire du Québec, on a cinq gars qui ont fait dans les 34,70 secondes (au 500 mètres) et nous sommes trois à l’avoir fait cette année, la même fin de semaine. Pendant la saison, il y a de bonnes chances que nous soyons tous les trois (lui, Boisvert-Lacroix et St-Jean) dans le groupe A. »

Du grand art

Le podium des mondiaux de 2015 a procuré à Dubreuil une plus grande marge de manœuvre. « Je sais que je suis capable d’être au haut niveau. Je ne ressens plus la pression à chaque course d’entraînement et je me donne le droit à l’erreur. Ça me soulage et je suis moins stressé. Je sais que je l’ai déjà fait, alors je peux me laisser aller dans mon entraînement et me faire confiance. »

L’athlète de 23 ans dit s’inspirer du joueur de tennis Roger Federer qui n’a jamais l’air de forcer lorsqu’il joue.

« On dirait presque que c’est de l’art. La technique, on y pense quotidiennement, mais une fois en course, il ne faut pas trop y penser, car on aura l’air robotique. Il faut que ça soit fluide pour que cela ait l’air naturel. L’an dernier, et à l’aube de cette saison, je n’ai pas besoin d’un miracle pour gagner une médaille. Je n’ai pas besoin d’essayer de trop en faire. »

Le Lévisien a eu une petite frousse au deuxième 500 mètres des sélections de Coupe du monde lorsqu’il qu’il s’est blessé à l’aine. Après une semaine de repos complet, il a pu reprendre l’entraînement et participer à des essais chronométrés la fin de semaine dernière.

La prochaine étape : les Championnats du monde sprint

Le nouvel objectif de Laurent Dubreuil sera d’être plus compétitif au 1000 mètres, ce qui lui permettra d’être un sérieux aspirant au podium des mondiaux de sprint, où les courses de 500 m et de 1000 m sont cumulées.

« Pour avoir un bon 1000 mètres, il faut avoir de la vitesse en début de course. Avant, j’étais plus un spécialiste du 500 mètres qui s’essayait au 1000 mètres. Maintenant, j’ai beaucoup amélioré mon deuxième tour et cette année, je pense que je suis plus dans la game. »

Vous pourriez aussi aimer...

3 Sep - 2021 | par Mathieu Laberge

Marco Dispaltro, le passeur

Montréal, 3 septembre 2021 (Sportcom) – On ne fait pas de passes au boccia, mais Marco Dispaltro est assurément un passeur. Un…

Nos partenaires