18 Fév - 2018 | par Émilie Bouchard Labonté

Ski acrobatique (slopestyle) - Jeux olympiques

Alex Bellemare : le petit gars de la Vallée du Parc aux Jeux olympiques

Pyeongchang, 18 février 2018 (Sportcom) – Le skieur acrobatique Alex Bellemare aurait bien voulu imiter son coéquipier Alex Beaulieu-Marchand et se qualifier pour les rondes finales de slopestyle dimanche, mais il a tout de même le sentiment du devoir accompli. Terminant 22e, il pourra dire qu’il a atterri une descente aux Jeux olympiques de Pyeongchang.

L''athlète de Saint-Boniface en Mauricie a reçu 64,20 points à son premier passage des qualifications, marque qu’il n’a pu améliorer en deuxième ronde quand il a mal contrôlé l’atterrissage de son avant-dernier saut.

 « C'est sûr que j'aurais voulu avoir plus de points dans ma première descente. Je pense qu’ils ont été un peu sévères, mais j’ai aussi fait une petite erreur qui m’a coûté des points, a-t-il analysé. [À ma deuxième descente], je me suis forcé un peu plus pour faire tout parfait et c’était parti pour ça. Malheureusement, j’ai manqué de vitesse et ç’a freiné sec. »

Si sa famille n’est pas présente à Pyeongchang, Alex Bellemare savait qu’elle était rassemblée à la station de ski Vallée du Parc, à Shawinigan, pour le voir en action. « J’étais pas mal stressé, car je sais que tout le monde me regarde à la maison. Ce n’est pas comme les autres compétitions. Tu sais que tout le monde y accorde tellement d’importance. Je voulais vraiment juste atterrir et c’est ce que j’ai fait alors je suis content. »

Le Québécois qui se remet doucement d’une microfracture à la vertèbre T4 survenue plus tôt cet hiver devait jouer de prudence. « J’ai encore mal dans le dos. Je n’ai pas pu m’entraîner avant de venir aux Jeux et c’est la première fois que je skiais pour de vrai. Je suis content d’avoir pu skier aujourd’hui, ça aurait pu être vraiment pire », a mentionné Bellemare, se rappelant trop bien la déchirure du ligament croisé antérieur de son genou gauche qui l’avait privé d’une place aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014. « Je suis juste content d’être ici », a-t-il renchéri.

Avant de s’élancer en piste, l'athlète de 24 ans espérait tout simplement que son dos ne lui fasse pas trop mal. « Mais peu importe, je me serrais les dents et je continuais. Je me suis juste dit que j’étais un p’tit gars de Vallée du Parc qui était rendu aux Olympiques et qu’il fallait que je m’amuse. C’est ça que je voulais me dire, c’est ça que j’ai fait et je suis content », a-t-il conclu.

Vous pourriez aussi aimer...

11 Mai - 2024 | par Mathieu Laberge

Une avant-dernière étape avant Paris

Montréal, 11 mai 2024 (Sportcom) – En finissant septième de la finale du 200 m VL2 des Championnats du monde de paracanoë, Mathieu…

Nos partenaires