13 Déc - 2022 | par Luc Turgeon

Escrime – Coupe du monde

Alexanne Verret sur un nuage

Nouvelle

Photo: Devin Manky

Elle rafle la première médaille de sa carrière en Coupe du monde

Montréal, 13 décembre 2022 (Sportcom) – Défaite à ses quatre premiers duels à la Coupe du monde de Vancouver, l’escrimeuse Alexanne Verret cherchait à se ressaisir. Elle s’est aspergé le visage d’eau, question de reprendre ses esprits, puis a signé huit victoires de suite afin de conclure sur la troisième marche du podium.

À deux doigts de l’élimination, l’épéiste de Québec a plutôt mis la main sur la première médaille de sa carrière en Coupe du monde, en plus d’être la première Canadienne à monter sur un podium à l’épée depuis plus d’une décennie.

La ronde des poules ne laissait pourtant pas présager un tel succès, mais elle s’est finalement qualifiée de justesse pour le tour éliminatoire avec une fiche de deux victoires et quatre défaites. Portée par un tableau avantageux, elle a vaincu l’Israélienne Nicole Feygin (15-12) et l’Américaine Natalia Toby (15-7), deux adversaires qu’elle avaient déjà battues, pour atteindre le tableau des 32 prévu le lendemain.

« J’ai vu mon tableau et j’ai vu ça comme un signe. Leur style me convenait très bien et je savais que j’étais meilleure. J’avais confiance que je pouvais tirer mieux qu’elles », a raconté Alexanne Verret à Sportcom.

Au terme de chaque victoire, une routine recommençait et elle se concentrait sur l’opposante suivante. Elle ne serait pas satisfaite avant d’obtenir un meilleur résultat que le top-16, sommet personnel atteint à Barcelone, l’hiver dernier.

Son parcours s’est corsé samedi face à la Sud-Coréenne Choi Injeong, alors en tête du classement mondial.

« Je pense qu’elle ne l’est plus ! » a pris le temps de souligner sans culpabilité la Québécoise, elle qui est sortie victorieuse de ce face-à-face au compte de 15-11.

« Je n’avais jamais tiré contre elle et j’étais la underdog. Si tu veux me battre, il va falloir que tu te forces ! Viens me chercher ! J’étais plus en mode combattante et je voulais lui rendre la vie difficile. »

– Alexanne Verret

La Française Laurence Épée (15-9), la Japonaise Nozomi Sato (8-7) et l’Ukrainienne Dzhoan Feybi Bezhura (15-12) se sont toutes retrouvées sur le chemin de Verret, qui avait le couteau entre les dents. Elle avait aussi les larmes aux yeux en se rendant en demi-finale, déjà assurée d’une médaille.

La favorite de la foule s’y est inclinée 15-8 devant Kong Man Wai Vivian, de Hong Kong, désormais classée troisième au monde et médaillée d’argent de cette compétition.

« Quand tu subies une touche d’une manière, ça ne peut pas se reproduire durant le combat. Là, elle m’a atteint cinq fois de la même façon avant que je réussisse à m’adapter, c’est beaucoup trop ! C’est inacceptable, j’ai mal géré et j’étais déçue sur le coup », a avoué Verret.

L’ambiance sur place lui a vite permis de se changer les idées, sans oublier la médaille qu’elle a reçue.

Photo: Devin Manky

Au-delà du résultat

Que cette première médaille en Coupe du monde soit remportée en sol canadien apporte une touche particulière à son exploit. Plusieurs jeunes escrimeurs des clubs locaux ont encouragé Alexanne Verret et étaient émerveillés de la voir à l’œuvre.

« Une petite fille m’a même fabriqué une carte, où on nous voit ensemble. Elle a écrit qu’elle était contente pour moi et qu’elle voulait faire la même chose un jour, a raconté la médaillée de bronze. Les gens étaient aussi, sinon plus émus que moi. Toute l’ambiance qu’il y avait, c’était encore plus spécial que de monter sur le podium. C’est émouvant de voir que ce que tu fais, ç’a un impact. »

Sans oublier la présence et le soutien de Sherraine Shalm, quadruple Olympienne, qui entraîne Alexanne Verret depuis un peu plus d’un an. À la retraite depuis 2013, l’Albertaine a été la dernière représentante de l’unifolié à monter sur un podium à cette arme, en 2009.

La revanche

La fin de semaine de rêve d’Alexanne Verret s’est conclue au tournoi par équipe dimanche. Elle y a participé en compagnie de Marie-Frédérique Millette, Léonora Mackinnon et Emma Ning.

Les quatre Canadiennes ont d’abord battu de justesse les Espagnoles par la marque de 45-43. A suivi l’improbable, soit une victoire de 32-21 en prolongation face aux Italiennes, deuxièmes au monde et médaillées de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo.

« C’est une équipe [notamment] formée de championnes du monde ! Ce sont quatre escrimeuses incroyables, c’est vraiment une belle victoire », a précisé Verret, encore stupéfaite.

Les Canadiennes ont subi la défaite contre les épéistes de la Suisse (45-32) et contre celles de la Hongrie (44-36) par la suite. Elles ont conclu la compétition en s’inclinant 40-30 devant les athlètes de Hong Kong pour se classer huitièmes.

Alexanne Verret a toutefois eu droit à une douce revanche lors de ce dernier affrontement. Elle a eu le dessus 5-2 dans son duel l’opposant à Kong Man Wai Vivian, qui l’avait éliminée du tournoi individuel samedi.

« J’ai su bien l’analyser et je savais quoi faire, a-t-elle tranché, fièrement. Une huitième place, c’est un gros pas vers l’avant (pour l’équipe) ! »

Le processus de qualification olympique débutera l’année prochaine et huit nations seront sélectionnées. Avant les Jeux de Tokyo, les Américaines avaient obtenu la place continentale des Amériques. Dimanche, à Vancouver, elles ont terminé 12es.

« On a fait bien mieux que les Américaines, ça donne un certain momentum ! On a prouvé qu’on était capables, que c’était possible de battre les Italiennes et qu’on appartenait à l’élite mondiale. »

Autres résultats québécois à Vancouver

Chez les femmes :

Justine Boudreau, 112e
Marie-Frédérique Millette, 130e
Janet Chen, 167e
Symi Caroussos, 170e
Sarah-Ève Lord, 181e
Anne-Sophie Joyal, 188e

Chez les hommes :

Mateo Kadyszewski, 145e
Floryan Lacroix, 167e
François Ouimet, 174e
Nathan Brunet, 184e

Photo: Devin Manky

Vous pourriez aussi aimer...

28 Jan - 2023 | par Mathieu Laberge

Laurence St-Germain en mode rattrapage

Montréal, 28 janvier 2023 (Sportcom) – Sur un court parcours qui présentait une marge d’erreur réduite, Laurence St-Germain a connu un ennui…

Nos partenaires