21 Sep - 2022 | par Louis-Michel Lelièvre

Cyclisme

Dans la peau d’un couple de cyclistes de haut niveau

Nouvelle

Montréal, 21 septembre 2022 (Sportcom) – La réalité d’un athlète de haut niveau est parfois difficile à comprendre pour les membres de son entourage. Elle l’est moins lorsque le partenaire de l’athlète pratique son sport au haut niveau. C’est le cas de Lily Plante, cycliste sur piste et de Pier-André Côté, cycliste sur route, qui partagent leur vie depuis près de deux ans.

L’entraide et le soutien sont les avantages qui ressortent le plus de cette relation selon eux. Un atout unique qui est extrêmement précieux pour le couple Plante-Côté.

« C’est fou à quel point ça aide parce qu’on a la même réalité. Pier-André est un peu plus vieux que moi, donc il a aussi un peu plus d’expérience. Il peut me donner des conseils et ça m’aide énormément. Quand un ou l’autre va moins bien, on est capable d’être rationnel pour s’aider », fait remarquer Plante d’entrée de jeu.

« Quand on parle à nos parents, souvent, ils disent qu’on est fatigué et qu’on doit se reposer, mais ce n’est pas toujours ça qu’on veut entendre », ajoute-t-elle.

Pier-André Côté a un discours assez similaire à sa partenaire. Le cycliste de 25 ans aime entendre les commentaires de Lily après ses courses pour se remettre les deux pieds bien sur terre.

« C’est facile de comprendre la réalité de l’autre, particulièrement quand on a de mauvais moments. Le vélo est un sport de hauts et de bas et c’est bien de s’appuyer l’un et l’autre dans ces occasions-là », a-t-il mentionné.

« On s’aide à relativiser. Quand je suis dans une course à étape où rien ne va, c’est facile de penser que ce n’est que du mauvais. Par contre, l’autre a déjà été dans une situation semblable et elle est capable de relativiser le tout. Si ma partenaire n’avait pas été dans le monde du vélo, ce serait plus difficile de parler de ces choses-là. »

La distance demeure toutefois un défi majeur alors que Pier-André se retrouve en Europe pour une longue partie de l’été pendant que Lily s’entraîne surtout du côté de Milton, en Ontario. Heureusement pour eux, la technologie aide énormément à demeurer tout près l’un de l’autre malgré la distance et les décalages horaires.

« On arrive à bien gérer tout ça, mais ça reste difficile. Ça va faire deux ans qu’on est ensemble et dans la première année, on ne s’est pas vus pendant huit mois sur douze. Avec les joies de la technologie, on arrive quand même à se parler tous les jours », se console Lily Plante.

Pratiquer le sport de l’autre

Le cyclisme sur piste et le cyclisme sur route sont des sports similaires et complètement différents à la fois. Par leur union, Lily Plante et Pier-André Côté ont davantage eu la chance de pratiquer le sport de l’autre. Et les deux y trouvent leur compte.

Le couple a d’ailleurs pu s’entraîner ensemble en vue des Championnats canadiens sur route, en juin dernier, où Pier-André a remporté le titre national. Quant à Lily, l’athlète de 21 ans y a effectué un retour à la compétition sur route pour la première fois depuis 2019.

« Aux Championnats canadiens, Pier-André voulait vraiment gagner. On a analysé les parcours ensemble. J’ai la chance de l’avoir comme mentor, même si ce n’est pas du tout (la dynamique) de notre relation. Il a un grand cœur et il redonne toujours aux autres », s’est réjoui Plante, qui a terminé 29e à la course en ligne.

Et l’inverse ? Pier-André, le pistard, est-ce une possibilité ?

Il a pratiqué le cyclisme sur piste lorsqu’il était plus jeune, mais a évidemment mis de côté cette discipline lors des dernières années pour se concentrer sur la route. Par contre, lors d’une visite à Trexlertown, en Pennsylvanie plus tôt cette année pour accompagner Lily à une compétition, il n’a pu s’empêcher de faire quelques tours de piste, au grand plaisir de Lily.

« Il n’était pas censé courir, mais il a réussi à faire des courses ProAm et il a vraiment aimé ça. J’essaie doucement de lui faire essayer la piste parce qu’il serait vraiment bon. J’aime lui donner des conseils et lui ajouter des défis », s’exclame sa compagne.

Pier-André a lui aussi bien apprécié l’expérience en affirmant que même en congé, on ne peut pas empêcher un compétiteur de compétitionner.

« Le vélodrome de Bromont sera une belle opportunité de pouvoir faire de la piste tout près de la maison. J’avais besoin d’une pause après les Championnats nationaux, j’ai suivi Lily en Pennsylvanie et j’ai n’ai pas pu m’empêcher de faire quelques courses. C’était super ! »

L’union de Lily Plante et Pier-André Côté amène clairement beaucoup de positif au duo. Les deux athlètes avaient, en terminant, de beaux messages à transmettre à leur partenaire.

« J’admire sa drive. Je l’ai vu s’entraîner pour les Championnats canadiens en sachant qu’il pouvait gagner », a d’abord lancé Lily d’un ton admiratif. « Il se levait chaque matin et il travaillait sans arrêt pour son but. Il est dévoué à son sport et il a un grand cœur, surtout envers les jeunes. Il leur propose d’aller rouler avec lui, il leur donne des conseils et c’est vraiment une grande qualité en tant qu’athlète. C’est beau à voir ! »,

« Lily est extrêmement persévérante. Elle a eu des débuts assez humbles et elle n’a pas tout raflé quand elle était plus jeune, mais elle a continué à se démener et ça va tellement bien maintenant. Elle est championne panaméricaine à la poursuite par équipe et au Madison. Je suis vraiment fier de ça », a conclu Pier-André, fier de sa partenaire.

Vous pourriez aussi aimer...

26 Nov - 2022 | par Sportcom

En rafale

Ski alpin – Sorties difficiles pour Grenier et Bennett   Prise deux pour les skieuses Valérie Grenier et Sarah Bennett qui ont…

Nos partenaires