23 Jan - 2016 | par Sportcom

Ski cross – Coupe du monde

Del Bosco stoppé au premier tour éliminatoire

Montréal, 22 janvier 2016 (Sportcom) – Après avoir pris le sixième rang des qualifications vendredi, le Montréalais Chris Del Bosco a vu son parcours s’arrêter en ronde des huitièmes de finale où il a pris le troisième rang de sa vague à la Coupe du monde de ski-cross de Nakiska (Alberta), samedi. Au terme de la journée, le Montréalais a conclu au 17e rang de l’épreuve qui a été remportée par le Français et champion olympique en titre, Jean-Frédéric Chapuis.

Finaliste, le Canadien Brady Leman a terminé en troisième place, tout juste devancé par le Suisse Armin Niederer.

Louis-Pierre Hélie, originaire de Berthierville, a pour sa part été stoppé en qualifications la veille. Sa 39e place n’a pas été suffisante pour qu’il avance dans le tableau de samedi.

Phelan à un cheveu des rondes finales

Chez les dames, Brittany Phelan a fini 17e des qualifications de vendredi. Seulement les 16 premières skieuses avançaient à la ronde suivante. La Canadienne Marielle Thompson s’est imposée en finale.

« C’est dommage. J’ai skié très rapidement toute la semaine, mais aujourd’hui (vendredi) j’ai fait une erreur juste avant le dernier virage et ça m’a coûté cher. J’ai donc perdu de la vitesse et je n’ai pas pu me qualifier. C’est très décevant, mais je suis contente de voir que mon ski est rendu ou je veux qu’il soit. J’ai déjà hâte à la prochaine course », a indiqué celle qui prenait le troisième départ de Coupe du monde de sa carrière en ski cross.

Comme Louis-Pierre Hélie, Phelan a aussi déjà fait partie de l’équipe canadienne de ski alpin.

« J’aime vraiment mon expérience avec l’équipe de ski cross jusqu’à présent. Tout le monde est vraiment gentil et m’accueille très bien. Ça se passe bien pour moi ! La discipline est très différente du ski alpin, mais c’est un nouveau défi pour moi. Je suis en période d’apprentissage », a expliqué la fierté du Mont-Tremblant.

« C’est très différent, surtout de faire la course avec trois personnes à tes côtés. C’était un gros défi pour moi de devenir à l’aise avec ça. Les parcours sont très différents aussi, il y a des sauts. C’est vraiment amusant, a-t-elle ajouté. C’est la blessure que j’ai subie l’an dernier qui m’a poussée à faire le grand saut. C’était maintenant ou jamais! »

Vous pourriez aussi aimer...

11 Sep - 2022 | par Sportcom

En rafale

Triathlon – Coupe du monde Les deux Québécois en action à la Coupe du monde de Karlovy Vary, en République tchèque, n’ont…

Nos partenaires