23 Juil - 2023 | par Sportcom

Cyclisme sur route – Tour de France (hommes et femmes)

Houle et Boivin bouclent la Grande Boucle

Nouvelle

Photo : Israel Premier Tech

Montréal, 23 juillet 2023 (Sportcom) – Ça y est, les cyclistes du 110e Tour de France ont posé pied sur les Champs-Élysées. Le Danois Jonas Vingegaard a été couronné pour une deuxième année de suite sans la moindre surprise, tandis que les Québécois Hugo Houle et Guillaume Boivin, contrairement à l’an dernier, ont tous les deux franchi la ligne d’arrivée à Paris.

Vêtu du maillot jaune depuis la fin de la sixième étape, Vingegaard et ses coéquipiers de la formation Jumbo-Visma célébraient tranquillement sur le parcours de 115 kilomètres pendant que les sprinteurs luttaient pour leur positionnement aux avant-postes, tous prêts à remporter cette 21e étape.

Une fois de plus, le Belge Jasper Philipsen (Alpecin-Deceuninck), déjà assuré du maillot vert du classement par points, a eu droit à l’aide de Mathieu Van der Poel à la flamme rouge. Son compatriote Jordi Meeus, de l’équipe Bora Hansgrohe, a toutefois accéléré et s’est faufilé sur la gauche dans les derniers instants. Il a tiré son vélo afin de devancer Philipsen d’un boyau et, du même coup, le priver d’un cinquième triomphe sur cette Grande Boucle.

Chez Israel – Premier Tech, l’Australien Simon Clarke a distancé le peloton à une trentaine de kilomètres de l’arrivée en compagnie du Belge Frederik Frison (Lotto Dstny) et du Portugais Nelson Oliveira (Movistar). Le trio a été repris à 9 kilomètres pour laisser place aux sprinteurs.

Hugo Houle a fini 39e au même temps que le vainqueur et Boivin, qui avait fait l’impasse sur la 21e étape du Tour l’an dernier, s’est classé 66e, à 41 secondes du groupe de tête.

Houle, qui figure parmi les cinq compétiteurs ayant passé le plus de temps dans des échappées sur ce Tour, termine ainsi 38e au classement général. Guillaume Boivin pointe quant à lui en 126e place. Le Belge Dylan Teuns a été le coureur le mieux classé de l’équipe Israel – Premier Tech, lui qui a pris le 35e rang.

Leur Tour de France aura notamment été marqué par la victoire du Canadien Michael Woods, lors de la neuvième étape.

Fort d’un contre-la-montre époustouflant mardi suivi d’une 17e étape décisive le lendemain, Jonas Vingegaard l’a emporté avec une avance de 7 minutes et 29 secondes sur son rival Tadej Pogacar (UAE Team Emirates). Ce dernier a conclu avec le maillot blanc du meilleur jeune pour une quatrième année de suite.

Le Britannique Adam Yates, coéquipier de Pogacar, a fini troisième (+10 minutes 56 secondes), tout juste devant son frère Simon de l’équipe Jayco AlUla (+12 minutes 23 secondes).

Clara Emond, invitée de dernière minute

L’équipe SD Worx – Protime a donné le ton en lever de rideau du Tour de France féminin, plus tôt dimanche, alors que la Belge Lotte Kopecky a fait la différence dans la principale difficulté du jour pour s’imposer en solo avec une avance d’une quarantaine de secondes sur le groupe des favorites.

Clara Emond (Arkéa) a été la mieux classée des cinq Québécoises inscrites alors qu’elle a été la 35e à rallier l’arrivée à Clermont-Ferrand.

La cycliste de 26 ans est passée par toute la gamme des émotions au cours des derniers jours. D’abord retenue dans l’équipe pour prendre part au Tour, elle en a été exclue pour ensuite être réintégrée à la veille de la course, en remplacement de sa coéquipière Megan Armitage qui a subi une commotion cérébrale à l’entraînement.

« Je suis quand même satisfaite de ma journée et ç’a été une semaine assez éprouvante en émotions. Je n’étais pas trop prête mentalement, mais finalement, c’est peut-être une bonne chose, car je suis arrivée sans pression. Ça m’a pris un peu de temps à me mettre dans la course, mais une fois que ça s’est mis à rouler, ç’a débloqué », a expliqué Emond, en entrevue avec Sportcom, après cette étape initiale de 124 kilomètres.

La cycliste n’a pas été en mesure de sauter dans le bon train lorsque la championne belge est partie en solo après que ses coéquipières aient forcé le rythme.

« Le peloton s’égrenait déjà un peu avant et malheureusement, quand Kopecky a donné son gros coup, j’étais mal positionnée derrière. […] Tout le monde attendait cette seule bosse de la course et ça s’est joué à ce moment-là. »

L’équipe UAE Team ADQ d’Olivia Baril s’est elle aussi fait piéger dans la Côte de Durtol, longue de 1,7 kilomètre à une pente moyenne de 7,2%.

« On a fait vraiment une mauvaise course. On s’y est pris trop en retard pour se placer et ensuite, c’était trop difficile de remonter une fois que le groupe était parti. Nous avions Erica (Magnaldi) dans le premier peloton, mais son rôle aurait été d’Attendre Silvia (Persoco) par exemple. C’est une très mauvaise course », a laissé tomber l’Abitibienne, 48e (+2 minutes) dimanche.

Simone Boilard (St-Michel – Mavic – Auber93), 44e, a fini dans ce même groupe. Magdeleine Vallières-Mill (EF Education – TIBCO – SVB) et Gabrielle Pilote-Fortin (Cofidis) se sont classées 112e (+7 minutes 17 secondes) et 136e (+11 minutes 37 secondes).

Clara Emond sera alerte à l’étape de lundi où elle croit qu’elle pourrait décrocher un bon résultat.

« Elle sera vraiment intéressante avec des bosses à répétition et ce sera bien pour moi. Il y la longue étape au jour 4 qui grimpe beaucoup et surtout, celle du Tourmalet (samedi), qui sera l’étape que je viserai le plus. »

Vous pourriez aussi aimer...

4 Juil - 2024 | par Louis-Michel Lelièvre

Un deuxième top-10 de suite pour Pascal Ackermann

Montréal, 4 juillet 2024 (Sportcom) – Après une sixième place la veille, Pascal Ackermann, coéquipier des Québécois Hugo Houle et Guillaume Boivin…

14 Juil - 2024 | par Louis-Michel Lelièvre

Magdeleine Vallières-Mill conclut le Giro du bon pied

Montréal, 14 juillet 2024 (Sportcom) – Magdeleine Vallières-Mill (EF-Oatly-Cannondale) a franchi la ligne d’arrivée de la huitième et dernière étape du Tour…

Nos partenaires