13 Fév - 2022 | par Mathieu Laberge

Biathlon – Poursuite 12,5 kilomètres (hommes)

Jules Burnotte heureux 28e après un tour de montagnes russes

Nouvelle

Facebook, Jules Burnotte

Montréal, 13 février 2022 (Sportcom) – Une fin de course rocambolesque n’a pas empêché Jules Burnotte de décrocher un deuxième top-30 en deux jours aux Jeux olympiques de Pékin, ni d’obtenir un dossard pour la course du départ groupé. Dimanche, le biathlète de 25 ans a été le 28e (+4 min 40,7 s, 5 cibles ratées) à franchir la ligne d’arrivée de la poursuite 12,5 kilomètres dans une course qu’il n’est pas prêt d’oublier.

Et ce n’était pas à cause de la poudrerie qui a balayé le parcours pendant une bonne partie de l’épreuve.

La tête « bourrée d’émotions », le Québécois a frappé le sol avec un bâton une fois sa course terminée, car il avait perdu quelques places après le dernier pas de tir. C’est une fois en entrevue qu’il a expliqué à Sportcom ce que les images télé n’avaient pas montré.

« (Dans le dernier kilomètre), je m’enlignais pour être 22e ou 23e. Il y a un gars qui est passé à l’intérieur et il m’a accroché, ce qui m’a fait perdre un ski et un bâton. Je capotais quand c’est arrivé, car je savais que je pouvais peut-être me qualifier pour le départ groupé si j’avais une bonne course. Et là, j’étais en train d’avoir une bonne course. […] On avait calculé que j’avais besoin d’une 25e place. »

Un peu comme en Formule 1, le Sherbrookois a pu profiter d’un arrêt de ravitaillement rapide pour repartir une dizaine de secondes plus tard avec de nouvelles pièces d’équipement trop petites, mais tout de même suffisantes pour rallier l’arrivée.

« Ce n’est pas une erreur de ma part, mais juste un incident de course. Quand je suis tombé, je criais au coach « Mon mass start, mon mass start est parti ! » »

Le Québécois est rentré au vestiaire et a versé quelques larmes, croyant qu’il venait de rater sa place pour la course de vendredi. Sa peine a toutefois été de courte durée.

« 15 minutes après la fin de la course, j’ai vu les gars (ses coéquipiers) arriver en courant et je me suis dit « Voyons donc, il y a une bonne nouvelle qui s’en vient ! » Et comme de fait, j’étais le dernier qualifié. C’était vraiment trippant, c’est une belle grosse montagne russe, mais surtout, je suis content de ma course et que nous ayons tous terminé dans le top-40 ! »

Le meilleur Canadien du jour a été Scott Gow (+4 min 11,2 s, 4 cibles ratées) qui s’est distingué alors qu’il s’élançait en 34e place pour remonter jusqu’à la 20e. Adam Runnalls (+4 min 52,4, 5 cibles ratées) et Christian Gow (+5 min 3,0 s, cinq cibles ratées) ont fini 30e et 35e.

Burnotte n’a jamais participé à la course du départ groupé en Coupe du monde.

« Ça va être une grande première pour moi et aussi, ça veut dire que je pourrai rester aux Jeux plus longtemps parce qu’on part 48 heures après notre dernière épreuve. Peut-être que je pourrai aller à la cérémonie de clôture », a-t-il poursuivi avec émerveillement.

« Je vais le redire une troisième fois, mais watch out pour le relais parce ce qu’on est en feu ! Il y a quelque chose qui se passe en ce moment et c’est fantastique ! »

Le film de la course

Jules Burnotte était le 29e à s’élancer en piste avec 1 minute 50s de retard sur le Norvégien Johannes Thingnes Boe.

Le Sherbrookois a gagné quatre rangs près le premier tir (couché) où il a raté une cible. Au pas de tir suivant, toujours en position couchée, le vent s’est mis de la partie et il a raté deux cibles, ce qui l’a fait glisser en 33e place.

Le vent a continué à jouer les trouble-fête et en tête de course et Johannes Thingnes Boe a raté trois cibles à l’avant-dernier tir. Quelques secondes plus tard, les bourrasques ont cessé et le Français Quentin Fillon Maillet a profité de cette accalmie pour faire un sans-faute et prendre les commandes de l’épreuve. Le Québécois a limité les dégâts avec une seule erreur et a remonté en 26e place.

Au quatrième et dernier pas de tir, Fillon Maillet a à nouveau été parfait, tandis que Burnotte a de nouveau réalisé un quatre sur cinq, ce qui lui a permis de grimper en 23e place, à 23 secondes de son coéquipier Scott Gow, alors 19e.

Grâce à sa victoire, Fillon Maillet met la main sur une quatrième médaille à Pékin après celle d’or au 20 kilomètres et celles d’argent au sprint et au relais mixte.

Tarjei Boe (Norvège, +28,6 s) et Eduard Latypov (Comité olympique russe, +35,3 s) ont été les médaillés d’argent et de bronze.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

9 Sep - 2022 | par Mathieu Laberge

Semer du bonheur pour devenir meilleur

Québec, 9 septembre 2022 (Sportcom) – Ils n’étaient pas dans un karaoké, mais c’était tout comme. Au dernier Tour de France, on…

9 Sep - 2022 | par Mathieu Laberge

Les Québécois au bout de leurs limites

Québec, 9 septembre 2022 (Sportcom) – Le plateau du Grand Prix cycliste de Québec était le plus relevé de l’histoire et c’est…

25 Sep - 2022 | par Mathieu Laberge

Les Canadiennes en bronze

Montréal, 25 septembre 2022 (Sportcom) – Le huit féminin canadien a été médaillé de bronze aux Championnats du monde d’aviron, dimanche, à…

Nos partenaires