3 Mar - 2022 | par Mathieu Fontaine

Ski para-alpin

Julien Petit : guidé par la passion

Nouvelle

Or Série

Montréal, 3 mars 2022 (Sportcom) – L’idée de vivre de sa passion pour le ski a toujours occupé l‘esprit du guide Julien Petit. Coéquipier du skieur para-alpin Logan Leach depuis 2019, sa volonté constante l’aura finalement mené vers une participation aux Jeux paralympiques. Récit d’un ingénieur de formation qui poursuivra ses rêves sur les pentes de Pékin dans les prochains jours.

Du plus loin qu’il puisse se souvenir, Julien Petit a toujours été féru de ski, mais ce n’est que dans les rangs universitaires qu’il a réellement pris goût à la compétition. Il a alors représenté l’École de technologie supérieure (ÉTS) pendant deux saisons, tout en occupant un rôle d’entraîneur comme emploi à temps partiel à Bromont, dans ses temps libres.

« J’ai toujours adoré ça, mais j’ai commencé à courser un peu plus tard. Quand je suis allé à l’université, je voulais absolument entrer dans le circuit de compétition et j’ai fait le choix de mon institution en fonction de ça. Je passais donc mon temps à l’école ou sur la piste à m’entraîner et à donner des cours », raconte le Québécois d’entrée de jeu.

Cette routine qui s’est créée au fil de son parcours universitaire a cependant été complètement chamboulée en 2016, lorsqu’il a achevé ses études en génie de la construction. Il a pris la direction de Québec pour amorcer sa carrière professionnelle en tant qu’ingénieur.

Plus les jours passaient, plus l’appel de la montagne se faisait entendre. Et c’est finalement sa passion pour le ski qui a eu le dessus.

« J’ai fait quelques coups de téléphone et j’ai commencé à enseigner au Massif les soirs et les fins de semaine. Puis, un jour, j’ai décidé de me concentrer à 100% sur le ski. C’est vraiment ça qui me faisait tripper », explique celui qui était encore bien loin de se douter qu’il se retrouverait un jour aux Jeux paralympiques.

Une occasion unique

Au fil du temps, Julien Petit a occupé des fonctions d’entraîneur dans plusieurs stations de la province et il a parfait son apprentissage auprès de divers groupes d’athlètes. Il a entre autres pu se spécialiser comme guide avec des skieurs malvoyants lors de son passage à Bromont et, ensuite, dans toutes les autres montagnes qu’il a fréquentées.

C’est d’ailleurs cet aspect précis de son travail qui lui a permis, en 2019, de faire la rencontre de Logan Leach, un jeune athlète malvoyant qui souhaitait s’entraîner avec un guide à temps complet dans le but de se tailler une place au sein de l’équipe nationale de ski para-alpin. Sans une ni deux, Petit a quitté pour la Colombie-Britannique afin de rejoindre son nouveau coéquipier et entamer ce défi.

« Quand j’ai vu l’opportunité avec Logan passer, je ne voulais pas rater cette occasion-là. Dès que j’ai lu l’annonce sur les médias sociaux, je me suis informé pour voir l’intérêt de leur côté. Quelques semaines plus tard, j’étais là-bas et nous avons commencé l’entraînement à temps plein », se remémore-t-il.

« J’adorais le ski et c’était la plus belle chance de rester dans ce monde, tout en aidant Logan à faire son chemin jusqu’à l’équipe canadienne. » – Julien Petit

Ce qui devait au départ être un contrat d’une année s’est finalement étiré sur trois saisons, avec en prime une place au sein de la formation nationale pour le début du calendrier des Coupes du monde 2021-22. Après des passages en Autriche et en Suisse, voilà que le duo s’apprête à représenter l’unifolié aux Jeux paralympiques de Pékin.

« Nous avons vraiment bien progressé ensemble et quand nous avons officiellement su la nouvelle, c’était un très beau moment. Nous sommes très excités et nous avons hâte de vivre l’expérience » indique Petit, fier de réaliser ce rêve en compagnie de son coéquipier, avec qui il a formé une amitié unique au fil du temps.

« Logan, c’est un passionné dans tout ce qu’il fait et il est très reconnaissant. C’est trippant de pouvoir faire du ski et de le côtoyer tous les jours. C’est pour ça que je continue. »

Ensemble, Julien Petit et Logan Leach participeront à toutes les épreuves masculines prévues dans la capitale chinoise. Et ils miseront davantage sur le plaisir que sur les résultats.

« Nous y allons pour l’expérience, sans nécessairement avoir d’objectif de classement. Nous avons fait quelques Coupes du monde et nous savons où nous en sommes. Nous avons fait l’impasse sur les Championnats du monde pour nous entraîner et nous préparer adéquatement. Maintenant, nous voulons simplement bien skier et profiter de l’expérience à fond », confie le guide de 32 ans.

Chose certaine, Julien Petit a parcouru beaucoup de chemin depuis ses premières descentes à la station Belle Neige, dans les Laurentides, en 1995. Pour l’heure, nul ne sait ce qui l’attend pour la campagne prochaine, mais tant que la passion y sera, il continuera de dévaler les pentes.

« J’ai encore le goût de le faire, donc je vais poursuivre le plus que je peux. Nous allons voir comment tout va se passer d’ici la fin de la saison, mais si nous continuons ensemble avec Logan, ce ne sera pas un an à la fois. Cette fois, ce sera pour le cycle paralympique complet, alors nous devrons voir les choses à long terme. Mais avant, nous allons commencer par savourer notre expérience aux Jeux paralympiques », conclut-il.

Vous pourriez aussi aimer...

26 Nov - 2022 | par Sportcom

En rafale

Ski alpin – Sorties difficiles pour Grenier et Bennett   Prise deux pour les skieuses Valérie Grenier et Sarah Bennett qui ont…

Nos partenaires