21 Jan - 2022 | par Mathieu Laberge

Rugby à 7 – Séries mondiales

Choyée, Karen Paquin partage son expérience avec ses jeunes coéquipières

Nouvelle

Instagram, Karen Paquin

Montréal, 21 janvier 2022 (Sportcom) – Vendredi, l’équipe canadienne féminine de rugby à 7 a conclu la première journée des Séries mondiales de Malaga (Espagne) avec une fiche de 1-1. Les Canadiennes ont d’abord été vaincues 22-7 par les Américaines avant de remporter, par défaut, leur match contre l’équipe de Fidji.

Cette dernière est absente du tournoi en raison de cas de COVID-19 dans l’entourage de l’équipe.

Les Américaines ont pris les devants 7-0 dès la première minute de jeu et elles ont accru leur avance jusqu’à 22-0 pendant cette rencontre. Alexandra Tessier, de Saint-Claude-de-Horton, a permis au Canada d’éviter le blanchissage dans la dernière minute de jeu. Olivia Apps a ensuite réussi la transformation de 2 points.

L’expérimentée Karen Paquin, médaillée olympique de bronze en 2016, n’a eu que de bons mots à propos de Tessier.

« Elle a fait la Coupe du monde de rugby à quinze en 2017 et elle a beaucoup d’expérience, mais ce sont ses premières Séries mondiales », a soutenu la joueuse de Québec. « Ça n’arrive pas toujours qu’une fille qui touche au ballon une première fois en Séries mondiales marque un essai et c’est prometteur pour elle ! […] Les jeunes, c’est excitant de les voir jouer et elles apportent une belle dimension à l’équipe. C’est vraiment intéressant ! »

Pamphinette Buisa (Gatineau) et Sabrina Poulin (Saint-Georges-de-Beauce) sont les autres Québécoises de la formation dirigée par l’entraîneur intérimaire Jack Hanratty à cette compétition.

Elissa Alarie devait être de l’équipe, mais son nom a été retiré de la liste des joueuses en raison d’une blessure.

En profiter pleinement jusqu’à la fin

Lorsque Karen Paquin a annoncé sa nomination à titre de nouvelle responsable du profil rugby au Campus Notre-Dame-de-Foy le mois dernier, plusieurs s’attendaient à ce que sa carrière internationale soit désormais terminée. Même elle ne pensait pas réellement être de retour en Séries mondiales, ajoutant avoir été surprise d’avoir été retenue.

La joueuse de 34 ans profite donc pleinement de chaque moment sur le terrain et elle se fait un devoir de transmettre son savoir à ses jeunes coéquipières.

« Nous sommes conscientes que nous avons une équipe assez jeune ici et je suis un peu une anomalie dans le groupe », soutient celle qui dit ignorer si elle continuera en Séries mondiales, ajoutant qu’elle visera avant tout une place dans l’équipe nationale qui sera à la Coupe du monde de rugby à quinze l’automne prochain.

« Je suis là pour aider partout où je le peux et pour donner le plus que je le peux. En même temps, j’en profite, car je ne pensais pas que ces moments allaient arriver. Je suis contente d’être ici et je vis ça avec beaucoup de gratitude. »

Les mois ont passé depuis le conflit ouvert entre des joueuses actives et retraitées contre l’ancien entraîneur John Tait survenu avant les Jeux olympiques de Tokyo, où les Canadiennes ont terminé au neuvième rang.

Paquin confirme que la poussière est retombée et que la nomination officielle d’un nouvel entraîneur devrait se faire sous peu.

« Tout le monde a maintenant la tête au rugby. La tempête qui est survenue laisse des traces, mais elle laisse aussi un héritage qui est positif, parce qu’à travers ça, les filles ont à cœur de construire un environnement positif pour tout le monde. Toutes sont conscientes du travail qu’il y a à faire à ce niveau-là et l’atmosphère est super belle. Il y a de quoi être fières ! »

Samedi, les Canadiennes affronteront la Pologne avant de jouer un premier match de classement.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

11 Nov - 2022 | par Mathieu Fontaine

Une victoire majeure qui donne faim

Montréal, 11 novembre 2022 (Sportcom) – Il a beau avoir obtenu « la plus grosse victoire de sa carrière » cette semaine à…

Nos partenaires