9 Fév - 2016 | par Autre

Fédération de soccer du Québec

Kyriakos Selaidopoulos à la tête de l’équipe canadienne de futsal

Montréal, 9 février 2016 – Ancien joueur professionnel, coordonnateur de la Première ligue de futsal du Québec et entraîneur pressenti pour diriger l’équipe canadienne masculine de futsal de la Coupe du monde 2012, le Montréalais Kyriakos (Kyt) Selaidopoulos ajoute aujourd’hui une ligne à son curriculum vitae en tant que nouvel entraîneur-chef nommé par l’Association canadienne de soccer.

« Cette nomination nous encourage beaucoup à continuer le développement du futsal et surtout dans celui de ses entraîneurs. Avoir un de nos entraîneurs à la tête de l’équipe nationale en fera un modèle », a commenté le président de la Fédération de soccer du Québec (FSQ), M. Martial Prud’homme. « Nous sommes très contents pour Kyt qui a fait du bon travail. »

Le fait que M. Selaidopoulos provienne d’une ligue reconnue par l’Association canadienne de soccer aidera le sport à se croître de manière structurée, ce qui aura un impact positif tant chez les joueurs, les entraîneurs que les arbitres, croit M. Prud’homme. La FSQ, instigatrice de la Première ligue de futsal du Québec, a intégré cette nouvelle discipline au cœur de ses visions de développement.

« Je suis honoré. C’est une belle marque de confiance de la part de l’Association canadienne de soccer », a pour sa part déclaré l’entraîneur qui est âgé de 37 ans. « En choisissant un Québécois, ils reconnaissent le travail que l’on a fait au cours des dernières années. Nous avons mis en place une structure fédérée et sérieuse et cela a été pris en compte. »

Un gros défi en peu de temps

Une fois qu’il aura nommé ses assistants-entraîneurs, Kyriakos Selaidopoulos mentionne qu’il veut présenter une vision claire et unique vers l’objectif ultime qui est de qualifier l’équipe nationale au tournoi de la Coupe du monde de futsal qui aura lieu en Colombie, à compter du 10 septembre.

« On veut que tout le monde soit sur la même longueur d’onde. »

Disposant de peu de temps devant lui, Selaidopoulos s’attaquera dès maintenant à mettre sur pied le processus de sélection des joueurs.

« Ça sera une aventure rock’n’roll et si on travaille dans ce sport, on n’a pas le choix d’aimer ça », explique-t-il en riant. « J’ai déjà quelques idées en tête et les gens qui s’engageront dans ce projet devront travailler de la même façon, y croire, et être fiers de porter le chandail canadien. Quand on t’engage pour ce travail, ton mandat c’est de qualifier l’équipe. Dès aujourd’hui, tout ce que je vais faire sera en fonction d'une place à la Coupe du monde. »

La première étape de ce processus pour l’équipe canadienne sera de remporter le match nord-américain contre les États-Unis, ce qui lui permettrait ensuite d’accéder au tournoi de qualification de la CONCACAF, en mai, au Costa Rica.

Martial Prud’homme croit que Kyriakos Selaidopoulos est l’homme de la situation pour relever ce défi. « Il a l’expérience et le réseau pour identifier les meilleurs joueurs canadiens, alors cela lui donnera une chance supplémentaire. Oui, les délais sont hâtifs et on lui fait confiance! »

Vous pourriez aussi aimer...

12 Nov - 2022 | par Sportcom

Les Canadiennes exclues du podium

Montréal, 12 novembre 2022 (Sportcom) – Les Canadiennes n’ont pu se faire justice lors de la finale de bronze de la Coupe…

Nos partenaires