24 Juil - 2022 | par Mathieu Fontaine

Cyclisme sur route – Tour de France

La consécration, la persévérance et l’expérience d’une vie

Nouvelle

Un cycliste avec son casque et ses lunettes.

Twitter / Israel - Premier Tech

Montréal, 24 juillet 2022 (Sportcom) – Après 21 étapes et plus de 80 heures d’efforts, Hugo Houle et Antoine Duchesne ont rallié l’arrivée finale du Tour de France, dimanche, dans le décor enchanteur des Champs-Élysées. Un exploit remarquable pour les compatriotes de la Belle Province qui en retiendront des souvenirs certes différents, mais tout aussi inoubliables.

Pour la toute première fois de l’histoire, trois représentants du Québec participaient à la Grande Boucle. Et ils n’ont pas manqué de laisser leur empreinte sur cette 109e édition de l’événement, à commencer par la brillante performance d’Hugo Houle.

Non seulement a-t-il marqué le cyclisme québécois en remportant la 16e étape à Foix, mais il a également profité de sa quatrième participation au Tour pour démontrer son niveau de forme avec quatre présences dans des échappées et une troisième place lors de la 13e étape.

« Tout est allé assez vite, mais je le réalise tranquillement », a laissé tomber celui qui a terminé 84e au sein du groupe de tête samedi, confirmant ainsi son 24e échelon au classement général, soit le meilleur résultat chez Israel – Premier Tech.

« Pour moi, c’est un Tour au-delà de mes attentes et j’ai vécu des moments inoubliables. J’ai travaillé toute ma carrière pour ça et c’est la consécration de plusieurs années d’acharnement. J’ai montré que j’avais le niveau, j’ai été très constant d’un bout à l’autre et j’ai eu beaucoup de plaisir. Je suis très heureux ! »

– Hugo Houle

Tout au long de la compétition, Houle a pu compter sur l’appui de ses coéquipiers, mais deux d’entre eux manquaient à l’appel lors de la 21e étape. L’Ottavien Michael Woods a d’abord dû se retirer en raison d’un test positif à la COVID-19, tandis que Guillaume Boivin a décidé de faire l’impasse sur la dernière journée d’activités par mesure préventive.

« Il n’y a rien de grave ! Je n’étais pas au top de ma forme ce matin et on a décidé, en collaboration avec l’équipe, de ne pas prendre de chance pour récupérer le plus rapidement possible », a indiqué le Montréalais à l’issue de l’événement.

Cette mésaventure a ainsi mis un terme à un deuxième Tour de France pour le moins ardu pour Boivin, qui a tout laissé sur la route pour aider sa formation à obtenir les meilleurs résultats possible, et ce, en dépit d’une préparation écourtée.

« Personnellement, ç’a été très difficile. J’ai été appelé à participer à la dernière minute et je n’avais pas la même forme que l’année dernière, a-t-il avoué. Ça n’a pas empêché l’équipe de faire un Tour extraordinaire avec deux victoires, dont celle d’Hugo. C’était une journée de rêve et on peut être fiers de ce qu’on a accompli dans les trois dernières semaines. »

Boivin profitera maintenant d’une période de repos avec ses proches au Québec, avant d’entreprendre sa préparation pour la dernière portion de son calendrier. « Il y a quand même du positif et j’ai pu progresser. Il reste plusieurs courses importantes comme les Grands Prix cyclistes et les mondiaux en septembre, alors j’espère que ça me donnera un tremplin pour la fin de la saison ! »

Son bon ami Antoine Duchesne a lui aussi confirmé sa participation pour les épreuves de Québec et de Montréal, ainsi que pour les Championnats du monde qui se tiendront à Wollongong, en Australie.

Mais avant toute chose, le nouveau papa passera lui aussi du temps en famille après un second Tour de France marqué par la camaraderie et le travail collectif.

« C’était une expérience incroyable, sportivement et humainement », a résumé le représentant de la formation française Groupama-FDJ, deuxième derrière INEOS Grenadiers au classement cumulatif par équipe.

« C’était très demandant, mais on a fait un super travail tous ensemble. Nous étions toujours dans le coup, on a pu se relayer et c’était très agréable. Nous étions soudés et nous avons vraiment été une des équipes les plus fortes sur ce Tour. Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas vu ça chez Groupama-FDJ », a conclu celui qui a fini 83e samedi et 61e au classement final de l’événement.

Jonas Vingegaard concrétise son triomphe

Ce qui n’était qu’une formalité à l’aube de l’étape ultime a finalement été confirmé quand Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) a franchi l’arrivée en 75e place, samedi, au terme d’une course remportée par le Belge Jasper Philipsen (Alpecin-Deuceuninck).

Le Danois a ainsi remporté le premier Tour de France de sa carrière, détrônant par le fait même le Slovène Tadej Pogacar (UAE Emirates), double champion en titre de l’événement. Celui-ci a cette fois dû se contenter du deuxième rang au général (+3 minutes et 34 secondes), conservant tout de même son titre de meilleur jeune.

Le Britannique Geraint Thomas (INEOS Grenadiers), vainqueur en 2018, a complété le top-3, à 8 minutes et 13 secondes de Vingegaard.

Notons que le Belge Wout van Aert (Jumbo-Visma) a terminé au sommet du classement par points avec un total de 480, en plus de recevoir le titre de super-combatif.

Vous pourriez aussi aimer...

21 Avr - 2024 | par Mathieu Laberge

Le risque payant d’EF Education-Cannondale

Montréal, 21 avril 2024 (Sportcom) – L’Australienne Grace Brown (FDJ – Suez) a remporté Liège-Bastogne-Liège au sprint devant les vedettes du peloton,…

Nos partenaires