12 Nov - 2021 | par Mathieu Laberge

Patinage de vitesse longue piste – Coupe du monde

Laurent Dubreuil troisième face à une concurrence relevée

Nouvelle

Twitter: Laurent Dubreuil

Montréal, 12 novembre 2021 (Sportcom) – Le champion du monde en titre au 500 mètres Laurent Dubreuil a décroché une médaille de bronze sur cette distance à sa première course de la saison du circuit de la Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste. Vendredi, le Québécois a été le troisième plus rapide avec son chrono de 34,68 secondes, alors qu’il était jumelé au Japonais Tatsuya Shinhama (34,54 secondes), deuxième du jour.

La première de ces trois journées à l’Arena Lodowa de Tomaszów Mazowiecki, en Pologne, a été marquée par deux autres médailles canadiennes : Isabelle Weidemann et Ted-Jan Bloemen ont respectivement été décorés d’argent au 3000 mètres et 5000 mètres.

Pas de place à l’erreur

Pour la première fois de sa carrière, Laurent Dubreuil amorçait sa saison avec le titre de champion du monde. Sa troisième place de vendredi le rassasie juste assez comme il l’a indiqué en visioconférence.

« Je suis content d’être sur le podium à ma première course de l’année. Ce n’était pas une course parfaite et il y a plusieurs trucs que j’aurais aimé mieux faire – et que je vais tenter de mieux faire dimanche – mais je ne suis pas je ne suis pas un assez bon patineur pour être déçu d’une médaille de bronze. […] Il y a deux rangs à aller chercher, mais ça me satisfait pour aujourd’hui (vendredi) et je vais essayer de faire mieux dans deux jours. »

L’athlète de 29 ans a raconté avoir eu une petite perte d’équilibre à la marque des 50 mètres en plus d’avoir été trop tendu dans le deuxième virage, ce qui lui a légèrement fait perdre son inclinaison.

« J’ai été déconcentré sur ma propre technique et j’ai plutôt essayé de le battre (Shinhama). Ç’a été contre-productif et ç’a m’a sorti de mon plan de match. »

En près d’une décennie sur la scène internationale, le Lévisien constate que c’est la première fois que le groupe A du 500 mètres est aussi relevé à la première Coupe du monde de la saison. Le retour des pays asiatiques, absents de la bulle des Coupes du monde et des Championnats du monde de l’hiver dernier, explique en partie la situation.

Les patineurs des pays d’Asie ont d’ailleurs pris quatre des cinq premières places de la course. Seul Dubreuil a pu se faufiler dans ce groupe sélect.

« Je ne suis pas surpris, car les Asiatiques sont d’excellents sprinters. Quand j’ai gagné les Championnats du monde l’an passé, je le savais qu’il manquait plusieurs de mes gros rivaux. […] Ça va me motiver et m’amener à plus repousser mes limites que si je n’avais pas cette compétition. Oui, c’est plus relevé et comme compétiteur, j’aime ça ! J’aime mieux moins gagner de médailles, mais savoir que j’ai battu les meilleurs au monde que d’en gagner plus parce qu’ils sont restés chez eux. »

Le Chinois Tingyu Gao a été le plus rapide du jour grâce à son temps de 34,26 secondes dans une course où il a enregistré les 100 premiers mètres les plus rapides de l’histoire (9,32 s).

Le Québécois, qui est un féru des statistiques de son sport, a mentionné être ébahi de voir que son adversaire avait réalisé dans la course avant la sienne.

« J’étais très conscient de la course qu’il venait de faire. Ça m’a fait hausser les sourcils […] C’est exceptionnel comme course et impensable comme temps. On n’aurait pas pu l’imaginer faire ça et c’est sûr que ça m’a un peu sorti de ma game. C’est la première course de l’année et là, on sait qui est bon. »

Également de ce 500 mètres, Alex Boisvert-Lacroix (35,30 s) s’est classé 17e, tout juste derrière son compatriote Gilmore Junio (35,22 s).

« Honnêtement, ce n’était pas une mauvaise course pour moi. Le groupe de patineurs est extrêmement fort et je n’avais aucune idée où je me situais après cette année de pandémie un peu étrange. Aujourd’hui, je suis 17e et ça semble être ma place à l’heure actuelle », a reconnu le Sherbrookois qui se serait donné une note de 7,5 sur 10 avant de connaître son résultat final. « Le calibre est fort et il faudra vraiment faire notre meilleur à chaque course. »

L’Olympien des Jeux de Pyeongchang a reconnu que sa victoire en appel au Centre de règlement des différends sportifs du Canada après son exclusion de l’équipe des premières Coupes du monde de la saison lui a apporté son lot de stressé

« Ç’a été beaucoup d’émotions juste pour faire le voyage jusqu’ici alors j’étais juste content de prendre le départ et de tout donner ce que j’avais dans les jambes », a conclu le patineur qui se dit confiant d’être en mesure de retrancher un dixième de seconde au départ de sa prochaine course, dimanche.

Au 3000 mètres féminin, Valérie Maltais s’est classée 12e place (4 min 13,14 s) de l’épreuve remportée par la Néerlandaise Irene Schouten. Grâce à son record de piste (4 min 4,01 s), Schouten a devancé l’Ontarienne Isabelle Weidemann de 1,24 seconde.

« J’ai dépensé un peu trop d’énergie au début de ma course, ce qui a été coûteux à la fin. C’est une glace où il faut toujours à travailler et qui glisse beaucoup moins qu’à Calgary, a expliqué la patineuse originaire de La Baie. J’ai manqué de temps cette semaine, mais ça va venir pour les prochaines courses et je n’ai pas de doutes pour le reste du week-end. »

Les compétitions reprendront samedi. Antoine Gélinas-Beaulieu sera au départ groupé et du 1500 mètres, tandis que Valérie Maltais patinera au 1000 mètres et à la poursuite par équipe.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

3 Déc - 2021 | par Mathieu Fontaine

Marie-Michèle Gagnon 16e en lever de rideau

Montréal, 3 décembre 2021 – Marie-Michèle Gagnon a amorcé sa saison en se classant au 16e échelon de la descente féminine présentée vendredi, en marge…

Nos partenaires