24 Jan - 2016 | par Émilie Bouchard Labonté

Ski acrobatique – Coupe du monde

Les bosseurs québécois maîtres chez eux

Val Saint-Côme, 23 janvier 2016 (Sportcom) – « On ne le réalise pas encore, je crois. C’est incroyable ce qui se passe présentement! » C’était le scénario rêvé depuis leurs débuts en Coupe du monde, mais encore fallait-il l’accomplir. Les bosseuses Justine, Chloé et Maxime Dufour-Lapointe l’ont finalement réalisé devant les leurs, samedi, à Val Saint-Côme. Pour la première fois, les trois soeurs ont monopolisé les trois marches du podium.

Le balayage québécois s’est presque concrétisé puisque Mikaël Kingsbury a dominé la compétition masculine, alors que Laurent Dumais a quant à lui ravi la médaille de bronze. Seul l’Australien Matt Graham s’est glissé entre les deux skieurs, repoussant Philippe Marquis au quatrième échelon.

Savourer le moment

Cliquez ici pour écouter l'entrevue avec les soeurs Dufour-Lapointe

En méritant 86,49 points pour sa descente, Justine Dufour-Lapointe a dominé la super finale devant ses deux grandes sœurs, Chloé, deuxième avec 85,09 points, et Maxime, troisième avec 80,72 points.

« Il n’y a pas d’autres endroits où nous aurions voulu réaliser ça, à part aux Jeux olympiques de 2018 en Corée, mais ça c’est dans le futur. Aujourd’hui, nous allons vraiment savourer le moment », a mentionné Chloé Dufour-Lapointe.

Le scénario a commencé à se dessiner lorsque les trois sœurs se sont qualifiées pour la super finale.  « C’est l’une des premières fois que ça nous arrivait alors ça m’a effleuré l’esprit », a admis Maxime Dufour-Lapointe.

Lorsque la sœur aînée a pris la tête l’étape ultime, trois autres skieuses, dont ses deux sœurs, devaient encore se rendre dans le portillon de départ. La chute de la jeune Américaine Nessa Dziemian a ensuite ouvert la porte à ce podium historique.

« Quand j’ai vu qu’elle était tombée, je savais que c’était possible, mais il fallait que je garde ma concentration et que je reste dans le moment présent », a raconté Chloé qui a délogé Maxime du premier rang.

Ne restait plus que Justine à s’élancer. «Il me restait une descente, une descente seulement à donner mon maximum. C’était juste à  ça que je pensais. Je suis restée dans mon plan. J’ai juste voulu skier pour moi et faire ma descente au maximum de  ce que je pouvais. Quand j’ai entendu le résultat, et bien nous avons capoté! »

« Je suis fière de moi, mais aussi de mes sœurs. Nous avons réussi à donner notre 110%. La piste était parfaite », a-t-elle poursuivi.

« Nous avons chacune performé au meilleur de notre capacité et nous avons poussé à fond. Je pense que nous sommes toutes les trois restées à notre place et c’est ce qui a fait en sorte que nous sommes parvenues à ce résultat. »

C’est Chloé Dufour-Lapointe qui a endossé le maillot jaune de la meneuse au classement de la Coupe du monde. « Je suis très heureuse et je le savoure », a mentionné celle qui avait ravi le bronze à l’épreuve de duels disputée à Ruka, en Finlande, en décembre dernier.« Je suis très contente de mes performances depuis le début de l’année. Ma concentration est à la bonne place et je compte le maintenir jusqu’à la fin. »

« Je crois que nous visons le même bijou, soit le globe de cristal, et ça va être le fun de poursuivre cette saine compétition, a-t-elle poursuivi. Nous avons du plaisir ensemble et ça fait en sorte que nous sommes capables de pousser nos limites chaque fois. »

Mikaël Kingsbury intouchable

Cliquez ici pour écouter l'entrevue
avec Mikaël Kingsbury et
Laurent Dumais

Après s’être approprié seul le record du nombre de victoires en Coupe du monde en décembre dernier, Mikaël Kingsbury en a ajouté une 30e à son palmarès samedi.

« C’est comme si je n’avais plus de pression. Je peux juste continuer de bien skier. La foule m’a aidé. Le résultat de Laurent aussi m’a aidé à vouloir pousser. Il y avait aussi les filles avec le triplé. On dirait que tout était bien aligné pour que je fasse une bonne descente. »

Dans une classe à part,  le skieur de Deux-Montagnes a récolté 93,42 points en super finale, devançant largement Matt Graham (87,74 points) et Laurent Dumais (85,86 points).

« Le plan était de faire mes meilleures descentes chaque fois. À l’entraînement, j’avais réussi à trouver une descente que je faisais super bien sans que ce soit compliqué dans ma tête. Je n’avais pas besoin de pousser tant que ça et j’ai fait un copier-coller à mes trois descentes. Ç’a fonctionné alors je suis vraiment content. »

L’athlète de 23 ans s’est réjoui de voir son coéquipier Laurent Dumais monter sur le premier podium de sa carrière. « Je me souviens de mon premier podium, c’est un moment inoubliable. Je suis content de pouvoir partager ce moment avec Laurent, c’est vraiment le fun. »

Dumais, seizième à Val Saint-Côme en 2015, a fait un gigantesque bond dans la hiérarchie samedi grâce à ce podium. « Passer de 16e à 3e, c’est une grosse étape. J’apprécie aujourd’hui ce que j’ai fait. Je suis vraiment content, a expliqué le bosseur de Québec. C’est une journée exceptionnelle, une journée de rêve. Partager le podium avec Mik et faire la super finale avec Philippe. »

Cinquième des qualifications, Dumais, âgé de 19 ans, a ensuite pris le troisième rang de la finale afin d’obtenir sa place en super finale. « Je me sentais confiant et à l’aise dans mes descentes. J’avais l’énergie de la foule, de ma famille, de mes proches et mes coéquipiers. »

Également super finaliste, Philippe Marquis a atterri au pied du podium, à 0,41 point de la troisième place obtenue par son jeune coéquipier. « Mon ski est bon et c’est tout ce qui est important. Si je ne suis pas premier, le reste m’importe peu. Nous sommes à deux ans des Jeux olympiques, c’est un travail en progression en ce moment », a-t-il affirmé.

Déception pour Gagnon et Robichaud

Respectivement 12e et 16e de la finale, Alex-Anne Gagnon et Audrey Robichaud ne sont pas parvenues à avancer en super finale, réservée aux six premières.

« Je suis déçue, car je suis contente de ma descente. J’aurais aimé mieux me classer », a mentionné Gagnon qui a légèrement dévié à l’atterrissage de son premier saut. « J’ai atterri un peu trop à gauche, mais pour le reste, je suis allée vite et j’ai été agressive. J’ai fait ce que j’avais à faire. »

Après avoir fait l’impasse de la Coupe du monde de Ruka pour soigner une entorse à sa cheville gauche, Audrey Robichaud a pris part à son premier départ de la saison à Val Saint-Côme. Ses attentes étaient cependant un peu plus élevées qu’une 16e place et ses 71,11 points.

« C’est la pire descente que j’ai faite de la fin de semaine, alors c’est décevant, mais la glace est cassée.  J’ai eu de bonnes descentes pendant la semaine alors je suis déçue de ne pas avoir pu faire mieux en finale. La vie continue! »

Julie Bergeron, de Victoriaville, et Valérie Gilbert, de Saint-Adèle, ont pour leur part été éliminées en qualifications et ont fini 22e et 26e. Dix-septième chez les hommes, Marc-Antoine Gagnon a subi le même sort. Victime d’une chute,  le Repentignois Gabriel Dufresne n’a pas obtenu de classement.

Avec la collaboration d’Alexandra Piché

Vous pourriez aussi aimer...

20 Nov - 2022 | par Luc Turgeon

Laurence St-Germain retrouve ses repères

Montréal, 20 novembre 2022 (Sportcom) – Laurence St-Germain s’est vite ressaisie à la Coupe du monde de Levi. Classée 59e samedi, son…

Nos partenaires