27 Avr - 2019 | par Audrey Clement-Robert

Plongeon – Série mondiale

Les duos féminins en argent

Nouvelle

Montréal, 26 avril 2019 (Sportcom) – Les partisans rassemblés à Montréal ont été servis vendredi à la première journée de la Série mondiale de plongeon FINA. Le Canada est monté sur la deuxième marche du podium à deux reprises. Meaghan Benfeito et Caeli McKay ont ouvert le bal au 10 m synchronisé et Jennifer Abel et Mélissa Citrini-Beaulieu ont suivi au 3 m synchronisé.

À la plateforme, la paire du pays a conclu avec une note totale de 328,47 à 1,23 point des Nord-Coréennes Kim Mi Rae et Jo Jin Mi. Les Chinoises Lu Wei et Zhang Jiaqi (320,64 points) ont obtenu le bronze.

« Ça fait un peu mal par un point, mais d’avoir battu les Chinoises, c’est l’fun. En pratique ce matin, notre nouveau plongeon n’a vraiment pas bien été. Avant que nous commencions la compétition, Caeli a rappelé que c’est notre saison, c’est chez nous, alors nous avons vraiment tout donné. Nous nous sommes vraiment amusées et c’est ce qui a donné un bon résultat », a fait savoir la vétérane Benfeito.

Entrevue de Meaghan Benfeito et Caeli McKay

Les deux athlètes ont d’ailleurs la liste avec le plus haut coefficient de difficulté de cette épreuve, notamment grâce à leur triple saut et demi périlleux arrière en position groupée, un nouveau plongeon.

« C’est sûr qu’il y a plus de risque de faire des erreurs. Nous avions fait ce plongeon une fois au Grand Prix de Calgary, mais il n’était pas super. Nos entraîneurs nous ont rappelé que nous serions à la maison, avec nos repères et que c’était le meilleur moment de le faire. Quand je suis sortie de l’eau, j’ai regardé Caeli et je savais que c’était vraiment un bon plongeon », a poursuivi Benfeito.

 

 

Rebondir après une erreur

Le duo d’Abel et de Citrini-Beaulieu a quant à lui fait face à l’adversité après avoir commis une erreur au deuxième plongeon.

« Nous sommes bien revenues. C’est dans ces moments que nous pouvons montrer notre force de caractère. Nous contrôlons notre corps et nous devons laisser les doutes de côté », a dit Citrini-Beaulieu, de Saint-Constant.

Sa partenaire lavalloise a avoué être vraiment fâchée après elle-même d’avoir fait cette erreur. « J’ai partagé ma frustration directement après le plongeon avec Mélissa. Je savais qu’il nous restait encore trois autres plongeons avec de bons degrés de difficulté et que la course n’était pas finie. L’important est de mettre ça derrière nous, car tu ne peux pas changer le passé. Nous sommes faites pour être sur le podium et nous travaillons fort pour être sur la première marche. »

Les Canadiennes ont terminé avec 306,27 points, alors que les Chinoises Shi Tingmao et Wang Han (327) ont remporté l’or et les Australiennes Maddison Keeney et Anabelle Smith (303,39) ont fini troisièmes.

Le nouveau duo de l’heure à 0,75 point du bronze

Originaires de Pointe-Claire, Vincent Riendeau et Nathan Zsombor-Murray ont commencé leur collaboration en septembre, croyant que leur style pouvait bien se marier. Avant ce nouveau partenariat, la dernière performance à l’international au 10 m synchro de Riendeau remontait aux qualifications olympiques de 2016 avec Philippe Gagné.

« J’aime vraiment ça le synchro et je suis content d’en refaire et de tenter d’obtenir une place aux prochains Jeux de 2020. Nous avons vu aujourd’hui que ça fonctionne quand même bien. Nous avons fait quatre compétitions ensemble jusqu’à présent », a dit Riendeau.

Entrevue de Vincent Riendeau et Nathan Zsombor-Murray

Le duo a presque goûté au podium. Les hommes ont toutefois pris le quatrième rang avec 397,71 points, à 0,75 point de la troisième place des Mexicains Kevin Berlin Reyes et Andres Isaac Villarreal Tudon.

« C’est sûr que ça brise un peu le cœur. Nous avons fait quelques erreurs, mais notre équipe a du potentiel et ça montre que nous sommes capables [de rivaliser avec les autres] », a fait savoir Riendeau.

Son partenaire Nathan a poursuivi en indiquant que la chimie a opéré dès le premier entraînement et qu’ils ne cessent de s’améliorer. « Juste participer aux Séries mondiales et représenter la seule équipe masculine canadienne à la plateforme, c’est un rêve. La partie la plus difficile est de s’adapter à la technique de l’autre, mais nous devenons meilleurs à chaque pratique et nous espérons être sur le podium à la prochaine compétition. »

En attendant, le chemin est long avant d’obtenir leur billet pour les Jeux de Tokyo. Riendeau a expliqué qu’ils ne visent pas la première étape de qualification. « Il faut terminer parmi les trois premiers aux Championnats du monde cet été. C’est difficile puisque nous n’avons jamais fait de mondiaux ensemble. Nous allons faire de notre mieux, car ça va nous donner une estimation de ce que nous sommes capables de faire en février ou avril prochain. À cette deuxième étape, il faut arriver dans le top-7 selon les équipes déjà qualifiées. »

Imbeau-Dulac et Gagné cinquièmes

De leur côté, le Terrebonnien François Imbeau-Dulac et le Montréalais Philippe Gagné ont pris le cinquième rang du 3 m synchronisé avec 409,11 points.

« Nous avons démontré ce que nous sommes capables de faire. C’est une petite claque en arrière de la tête pour nous dire que si nous voulons un podium, il faut apprendre un nouveau plongeon plus difficile et peaufiner de petits détails, comme améliorer la qualité du saut d’appel », a conclu Imbeau-Dulac.

Vous pourriez aussi aimer...

1 Juin - 2024 | par Sportcom

Tess Routliffe l’emporte au 50 m brasse

Montréal, 1er juin 2024 (Sportcom) – Tess Routliffe (SB7) a remporté la médaille d’or samedi au 50 m brasse aux Séries mondiales…

Nos partenaires