4 Déc - 2022 | par Mathieu Fontaine

Ski acrobatique – Coupe du monde (sauts)

Marion Thénault et Lewis Irving vainquent leurs démons à Ruka

Nouvelle

Deux skieurs canadiens souriants sur le podium.

Jeff Bean

Montréal, 4 décembre 2022 (Sportcom) – En montant respectivement sur la deuxième et la troisième marche du podium en Finlande dimanche, Marion Thénault et Lewis Irving ne pouvaient trouver meilleure manière d’amorcer la nouvelle saison des Coupes du monde de sauts.

Pour une troisième année de suite, Thénault s’est aisément frayé un chemin jusqu’en super-finale à la station de Ruka. Si elle avait connu des ennuis par le passé, le dénouement s’est cette fois avéré favorable à la Sherbrookoise, qui a entamé sa campagne avec une médaille d’argent.

« Les deux dernières années, j’avais commencé la saison en tombant ici, en grande finale. On dirait qu’aujourd’hui, je ne pouvais pas laisser ça arriver. J’ai été concentrée sur ça toute la journée, avec l’objectif précis d’atterrir mon dernier saut. J’ai tout fait autour de ça et ç’a marché, enfin ! » a-t-elle commenté à Sportcom après la cérémonie de remise des médailles.

Après s’être classée au second rang lors des deux premières séances du jour, Thénault n’a pas hésité à augmenter son degré de difficulté pour le saut ultime. Elle y est allée d’un double périlleux arrière avec deux vrilles bon pour 90,59 points.

« Ce saut-là, je l’ai beaucoup travaillé cet été. Je suis plus constante, alors ça devrait donner plus de médailles, a-t-elle poursuivi en riant. Ce sera mon plan pour cette année. Je sais que mon exécution en qualification et en finale me permet d’être dans les tops. Ensuite, en super-finale, il faut donner tout ce qu’on a pour aller chercher le podium. »

Tout au long de la journée, la médaillée de bronze de l’épreuve par équipe mixte des JO de Pékin a été aux trousses de Danielle Scott, sans jamais être en mesure de la surpasser. L’Australienne a bouclé une compétition parfaite avec un pointage de 99,05 et l’or au cou, tandis que la Kazakh Zhanbota Aldabergenova (80,04) a complété le top-3.

« Je suis vraiment, vraiment fière de moi ! C’est sûr que je veux gagner, mais l’Australienne a de meilleurs sauts présentement. C’est à moi de travailler pour que les miens deviennent meilleurs que les siens. C’est un processus », a analysé celle qui vise plus de constance à l’atterrissage afin d’aller chercher son cinquième podium en Coupe du monde le plus rapidement possible.

« La différence est là et c’est sur quoi on travaille tous les jours ! »

Lewis Irving, un an plus tard

Quelques minutes après avoir vu sa coéquipière monter sur le podium, c’était au tour de Lewis Irving de célébrer au bas de la piste. L’athlète de Québec, qui participait à sa première Coupe du monde depuis une blessure subie à un genou à Ruka en décembre 2021, a souligné son retour en sautant vers la troisième marche du podium.

« C’était ma chance de me reprendre sur cette même piste ! » a lancé d’entrée de jeu Irving, qui a reçu une note de 109,29 pour sa dernière manœuvre.

« En me levant ce matin je sentais que ça allait être une bonne journée, j’étais vraiment heureux », a poursuivi le double Olympien, qui avait raflé le bronze à Pékin en compagnie de Thénault et de Miha Fontaine à son unique sortie en 2021-22.

« C’était vraiment le fun de recommencer en Coupe du monde, ça faisait longtemps. J’avais hâte de pouvoir compétitionner et de prouver que l’année passée, ce n’était qu’une malchance. »

Irving a d’ailleurs fait face à son lot d’adversité lors de cette compétition remportée par le Suisse Pirmin Werner (126,34), premier devant son compatriote Noe Roth (123,98). Les nombreuses heures d’entraînement et le travail effectué en amont de l’événement ont toutefois fait la différence pour Irving, qui n’a jamais douté de ses chances de médaille.

« Je me sentais confiant. Depuis qu’on est arrivés ici, on se concentre sur l’amplitude et sur la vitesse. Peu importe ce qui allait arriver, je savais que j’étais capable d’atterrir de gros sauts et que ça allait bien aller. Ça commence vraiment bien la saison », a conclu le vétéran de l’équipe canadienne.

Pas moins de cinq autres Québécois ont franchi les qualifications dimanche. Alexandre Duchaine a été le seul du lot à sauter en super-finale, où il a fini cinquième avec 103,98 points.

Pour leur part, Émilie Nadeau (7e), Miha Fontaine (11e), Victor Primeau (12e) ont été stoppés au terme de la deuxième séance de la journée, tout comme Flavie Aumond, 10echez les femmes. 

Nicolas Martineau (17e) et Pierre-Olivier Côté (27e) étaient les autres athlètes de la Belle province en action pour cette première Coupe du monde de la saison.

Vous pourriez aussi aimer...

21 Jan - 2023 | par Luc Turgeon

Arnaud Gaudet s’approche du top-10

Montréal, 21 janvier 2023 (Sportcom) – Dixième des qualifications au slalom en parallèle, le planchiste Arnaud Gaudet espérait remporter un premier duel éliminatoire…

18 Jan - 2023 | par Mathieu Laberge

Barbe, superstitions et aérodynamique

Montréal, 18 janvier 2023 (Sportcom) – Qu’est-ce que deux centièmes de seconde sur une course d’une minute 7,28 secondes ? Presque rien, mais…

12 Jan - 2023 | par Louis-Michel Lelièvre

Le baptême de feu de Liliane Gagnon

Montréal, 12 janvier 2023 (Sportcom) – Grâce à son excellent début de saison dans le circuit Nor-Am, Liliane Gagnon a eu la…

Nos partenaires