10 Déc - 2022 | par Mathieu Fontaine

Ski acrobatique - Coupe du monde (bosses)

Médaillé d’argent, Kingsbury croit qu’il méritait un meilleur sort

Nouvelle

Photo : Freestyle Canada Mikaël Kingsbury

Montréal, 10 décembre 2022 – Mikaël Kingsbury croyait bien obtenir une meilleure note que celle de 79,86 obtenue samedi, après sa descente en super-finale de la Coupe du monde d’Idre Fjäll, en Suède. L’issue s’est avérée autre et le Québécois a abouti sur la deuxième marche du podium au terme de la compétition.

La journée a commencé de manière un peu inhabituelle pour le « Roi des bosses », qui s’est d’abord classé quatrième de la première finale réservée aux 16 meilleurs athlètes des qualifications.

« J’ai fait des erreurs et j’étais où je méritais d’être (au classement). Je savais que je retournais bientôt (en piste) et que j’avais la chance de pouvoir mettre la pression, de faire une grosse descente », a commenté Kingsbury, qui n’a pas manqué de corriger le tir lors de la séance ultime.

À peine quelques minutes plus tard, il a dévalé la pente à toute allure, réussissant ses deux sauts, avant d’y aller d’une célébration en franchissant l’arrivée. Un pointage de 79,86 suffisait alors pour s’emparer provisoirement des commandes de l’épreuve, mais le tout a quand même laissé le principal intéressé sur son appétit.

« C’était un événement difficile à suivre côté juges. C’était vraiment difficile de lire la game. Je me suis dit « fais ta job, fais pas d’erreurs et ne laisse pas la chance aux juges de t’enlever des points. » Finalement, ils m’ont enlevé des points un peu partout. Il y a des courses comme ça », a-t-il poursuivi, sourire en coin.

Ce qui devait arriver arriva.

Le compétiteur suivant, l’Américain Nick Page, a délogé Kingsbury grâce à sa récolte de 81,02 points, obtenant par le fait même son premier triomphe en Coupe du monde.

Walter Wallberg, champion aux JO de Pékin, a quant à lui fini troisième avec 78,98 points. Le Suédois en était à une première compétition cette année, lui qui a vu son début de saison être retardé d’une semaine en raison d’une blessure.

« J’étais content pour Nick ! Je le connais depuis longtemps et je l’ai déjà coaché dans un camp. C’est cool pour lui, mais c’était quand même un sentiment bittersweet parce que je trouve que j’ai bien skié et je pense que je méritais un peu mieux que la note que j’ai eue », a confié Kingsbury, auteur d’un 106e podium en Coupe du monde et d’un deuxième en autant de sorties cette saison.

« Selon moi, j’ai vraiment fait du bon travail, a-t-il ajouté. Je pense avoir fait la meilleure section du milieu et j’ai bien sauté. Je n’ai pas grand-chose à me reprocher. C’est sûr que j’aurais pu avoir des atterrissages un peu plus cleans, mais je suis vraiment content de mon ski. »

Mikaël Kingsbury était d’ailleurs le seul Québécois en action samedi, ses coéquipiers Gabriel Dufresne (17e), Elliot Vaillancourt (20e), Kerrian Chunlaud (21e), Julien Viel (28e) et Alexandre Lavoie (32e) ayant subi l’élimination après les qualifications de vendredi.

Constat similaire pour Laurianne Desmarais-Gilbert, de Sainte-Adèle, qui a pris le 18e échelon 24 heures plus tôt, concluant la séance à 0,65 point du 16e et dernier rang donnant accès à l’étape suivante.

Place aux duels !

Les bosseurs de la Belle province n’auront pas à patienter bien longtemps avant de retrouver les pistes, eux qui seront tous des bosses en parallèle prévues dimanche, toujours à Idre Fjäll.

Pour certains, il s’agira de l’occasion parfaite de se reprendre, mais pas pour Kingsbury. Celui-ci souhaitera d’abord et avant tout bâtir sur sa performance de samedi en super-finale.

« Il faut juste continuer à faire de la bonne job, a-t-il souligné. C’est quand même un bon résultat aujourd’hui et avec un autre panel de juges, on ne sait pas ce qui peut arriver. J’ai été bon en duel dans les dernières années et je suis vraiment excité en vue de l’épreuve. On va sortir fort ! »

Notons que, contrairement aux saisons précédentes, les athlètes n’auront pas à passer par l’étape des qualifications. Ils s’élanceront directement dans le tableau éliminatoire en alternant de parcours à chaque tour, ce qui devrait laisser place à une compétition spectaculaire selon Kingsbury.

« Ça va aller vite ! Ce sera un retour vers l’ancienne formule. C’est un peu plus difficile et il faut bien connaître les deux parcours. Ce sera intéressant, j’ai souvent gagné dans ce format-là et j’aime mes chances », a-t-il conclu dans sa confiance habituelle.

Vous pourriez aussi aimer...

1 Jan - 2023 | par Sportcom

Commencer l’année 2023 du bon pied

Montréal, 1er janvier 2023 (Sportcom) – Antoine Cyr et Katherine Stewart-Jones n’ont pas eu à attendre bien longtemps en 2023 avant de…

Nos partenaires