8 Mar - 2021 | par Mathieu Fontaine

Ski acrobatique (bosses) - Championnats du monde

Mikaël Kingsbury défend son titre avec succès

Nouvelle

Photo FIS

Montréal, 8 mars 2021 (Sportcom) – L’expérience et le plaisir de skier ont joué un rôle clé pour Mikaël Kingsbury, lundi, en lever de rideau des Championnats du monde de ski acrobatique présentés à Almaty, au Kazakhstan. Fidèle à ses habitudes, le bosseur québécois a connu un sans-faute lors de la super finale pour l’emporter par une marge de près de cinq points et ainsi conserver son titre de champion du monde à l’épreuve individuelle.

Deuxième à l’issue de la séance de qualification derrière le Français Benjamin Cavet, Mikaël Kingsbury a trouvé son rythme en prenant la tête de la première finale. La porte était ensuite grande ouverte pour le spécialiste des grandes occasions, qui a été le dernier compétiteur à s’élancer lors de la ronde ultime.

Et même s’il connaissait les pointages de ses deux principaux rivaux, Cavet (82,43 points) et le Kazakh Pavel Kolmakov (82,23 points), il n’a rien laissé au hasard, réalisant sa meilleure descente du jour, bonne pour 87,36 points.

« J’ai skié comme je voulais skier aujourd’hui (lundi), pour moi-même. Après avoir entendu les résultats, j’aurais pu prendre un pas de recul et faire la même chose que j’avais faite en première finale, mais je le feelais trop dans ma tête et je voulais faire la descente (double full et cork 1080) que j’avais planifiée depuis déjà un petit bout », a-t-il expliqué en visioconférence, quelques heures après son triomphe.

Au final, l’athlète de Deux-Montagnes a non seulement récolté le meilleur pointage, mais il a également été le plus rapide avec un temps de 23,38 s, le tout, en effectuant les manœuvres avec le plus haut coefficient de difficulté.

« C’est moi qui ai fait le moins d’erreurs, j’ai été le plus rapide et j’ai fait les sauts les plus difficiles. J’ai été capable de mettre tout le package et je n’ai pas senti que c’était difficile de le faire. Je me sentais bien aujourd’hui », a analysé Kingsbury, attribuant du même coup une part de ses succès à son expérience et à sa maturité.

« Je ne veux pas me mettre de pression inutile. Je suis à mon meilleur quand j’ai du fun. Pour moi, avoir du fun, c’est de faire ma descente avec les sauts que j’ai planifiés et ça m’a fait gagner par cinq points. »

Également de la super finale, Laurent Dumais a commis une erreur en milieu de parcours, ce qui l’a limité à une récolte de 56,05 points. Celui qui avait dû s’absenter de la Coupe du monde de Deer Valley en raison d’une blessure a finalement terminé au sixième rang, soit le meilleur résultat de sa carrière en Championnats du monde.

Pour leur part Kerrian Chunlaud (Québec) et Gabriel Dufresne (Joliette) ont respectivement pris les 22e et 33e échelons.

Chez les femmes, Justine Dufour-Lapointe a obtenu le meilleur résultat canadien avec une 12e place. De son côté, sa sœur Chloé, qui avait lourdement chuté à la Coupe du monde de Deer Valley, s’est classée 16ede cette épreuve remportée par la Française Perrine Lafont (82,11 points).

La Kazakh Yuliya Galysheva (79,52 points) et la Russe Anastasiia Smirnova (79,41 points) sont montées sur les deuxième et troisième marches du podium.


Une saveur particulière

En l’emportant à Almaty, Mikaël Kingsbury a ajouté une cinquième victoire à son palmarès aux mondiaux : une troisième à l’épreuve individuelle après celles de Voss (Norvège) en 2013, et de Deer Valley, en 2019. Il avoue cependant que le titre acquis lundi revêt un cachet bien particulier, surtout après être passé par toute la gamme des émotions cette saison.

« Pour moi, ç’a une saveur particulière. Le fait de dire qu’en 2021, c’est moi le champion du monde, c’est ce qui est spécial. […] Quand tu gagnes, tu es champion du monde pour le reste de ta vie », a indiqué celui qui s’était fracturé deux vertèbres à l’entraînement en novembre, avant de souligner son retour de brillante façon en signant le doublé à Deer Valley, en janvier dernier.

« Avec ma blessure, j’ai manqué trois courses et je suis à court de Coupes du monde pour gagner le globe de cristal, c’est sûr que je trouve ça plate. S’il n’y avait pas de Covid, il y aurait probablement assez d’événements pour rattraper les gars, mais là avec un seul événement, ça va prendre des contre-performances de mes adversaires et ce n’est pas ça que je souhaite. […] Au moins, je sortirai de la saison avec le titre que je voulais. »

C’est avec un niveau de confiance élevé que le roi des bosses sera de retour sur la piste mardi matin, avec la ferme intention de défendre son titre aux bosses en parallèle, une épreuve où l’adaptation fera une grande différence, croit-il.

« Si je veux gagner demain (mardi), il faut que je gagne des gros duels dans la ligne que je ne connais pas. J’aurai une heure d’entraînement avant les duels pour apprendre le parcours rouge. Je devrai prendre le plus d’informations, le plus rapidement », a-t-il commenté, assurant qu’il sera prêt à relever le défi en dépit de la fatigue.

« Je suis un peu fatigué, mais demain, c’est sûr que je vais être à 100 %. Je vais tout donner et vider ma tankjusqu’au dernier duel. »

Vous pourriez aussi aimer...

30 Avr - 2021 | par Mathieu Laberge

Brillante victoire de Soler sous la pluie

Montréal, 30 avril 2021 (Sportcom) – En s’imposant en solo à la troisième étape du Tour de Romandie, l’Espagnol Marc Soler (Movistar)…

Nos partenaires