17 Sep - 2021 | par Mathieu Laberge

Canoë-kayak et paracanoë de vitesse – Championnats du monde

« Si j’avais eu mon propre bateau, j’étais sur le podium, c’est sûr et certain ! » – Mathieu St-Pierre

Nouvelle

Comité paralympique canadien

Montréal, 17 septembre 2021 (Sportcom) – La paracanoéiste Mathieu St-Pierre s’était classé cinquième à l’épreuve VL2 200 m aux récents Jeux paralympiques de Tokyo. Vendredi, aux Championnats du monde de paracanoë et de canoë-kayak de vitesse qui se déroulent à Copenhague, il a obtenu le même résultat dans une épreuve qui était presque un copier-coller de celle disputée le 4 septembre dernier dans la capitale japonaise.

L’athlète de Shawinigan a parcouru la distance en un temps de 57,05 secondes, à 3,12 s du Brésilien Fernando Rufino De Paulo, médaillé d’or. Le champion paralympique a survolé l’épreuve grâce à son chrono de 53,93 s. L’Espagnol Higinio Rivero (+2,28 s) et le Portugais Norberto Rivero (+2,60 s) ont respectivement été les médaillés d’argent et de bronze.

« Oui, ça se ressemble et il faut croire que les courses étaient trop collées, a expliqué St-Pierre en riant. Je venais ici pour prendre ce que je n’avais pas eu à Tokyo (une médaille), mais cela a été un petit peu plus compliqué une fois ici. »

Le Québécois a expliqué qu’il a dû pagayer avec un autre modèle de canoë que celui qu’il utilise habituellement. Dans un sport où les réglages se font au millimètre près, il n’a eu d’autre choix que de faire de son mieux dans les circonstances.

« J’ai eu quatre ou cinq jours pour réapprendre à trouver mes repères. À la première course (de qualifications), ce n’est pas pour rien que j’ai fini quatrième. J’ai failli sortir de ma ligne parce que le bateau partait à gauche et à droite. Honnêtement, mon feeling aujourd’hui (vendredi), c’est que si j’avais eu mon propre bateau, j’étais sur le podium, c’est sûr et certain ! »

Le paracanoéiste a mentionné qu’il n’était pas le seul dans cette situation qui s’explique selon lui par la proximité des Jeux paralympiques et des Championnats du monde dans le calendrier.

« Nos bateaux étaient à Tokyo, mais ils n’ont pas eu le temps de se rendre au Danemark. La compagnie de bateaux a fourni ce qu’elle avait en stock, mais ça ne voulait pas dire que l’on avait le modèle qu’on voulait et c’est ça qui est le problème. Quand c’est une course importante comme ça, c’est plate un petit peu. J’ai fait mon possible avec ce que j’avais. Cinquième, ce n’est pas mauvais. »

Cette course met un terme à une grosse année pour Mathieu St-Pierre qui a été marquée par deux compétitions majeures, une qualification paralympique et une opération à la hanche.

« Les choses ont commencé à bien aller en mars et ma santé allait mieux. C’est ce qui m’a permis de progresser pendant l’été. […] Si je regarde les autres années, j’étais environ à une longueur de bateau des gars. Là, je suis à une demi-longueur. »

Maintenant qu’il est officiellement en vacances, il sera de retour en Mauricie pour passer du temps avec sa conjointe et aussi faire des travaux de rénovation qui sont sur la glace depuis un moment déjà. Son canoë ne sera pas bien loin par contre.

« C’est toujours le fun de ramer l’automne dans le temps des couleurs, alors qu’il ne fait pas trop chaud. D’ici deux semaines, je vais peut-être ramer une fois de temps en temps. »

Jensen et Roy-Cyr qualifiées pour deux finales

Les canoéistes Sophia Jensen et Anna Roy-Cyr sont visiblement encore en très bonne forme après leurs prestations aux Championnats du monde juniors et des moins de 23 ans, la semaine dernière. Jeudi, le duo a fini deuxième de sa vague de qualifications au C2 500 m pour assurer sa place en finale qui aura lieu samedi.

Vendredi, les Québécoises ont aussi été les plus rapides de leur vague du C2 200 m ce qui les classent dans la finale de dimanche.

Deuxièmes de leur vague C2 1000 m jeudi, Alix Plomteux et Roland Varga seront eux aussi finalistes samedi. Plomteux a toutefois été exclu de la finale du C2 500 m après s’être classé septième de sa demi-finale avec son coéquipier Tyler Laidlaw.

Les autres finalistes québécois seront Laurent Lavigne et Pierre-Luc Poulin qui ont fait équipe avec Nicholas Matveev et Simon McTavish. Leur deuxième place en demi-finale du K4 500 m vendredi, leur a assuré leur billet pour la grande finale.

Poulin a également fini au sixième rang de sa demi-finale du K1 200 m. Il sera donc de la finale B.

Quant à Vincent Jourdenais et Brian Malfesi, ils ont terminé au sixième rang de leur demi-finale du K2 1000 m et sont exclus de la finale.

La conclusion des Championnats du monde aura lieu dimanche.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

26 Sep - 2021 | par Mathieu Fontaine

Une 17e place et une leçon pour Guillaume Boivin

Montréal, 26 septembre 2021 – Guillaume Boivin était habité par des sentiments partagés à l’issue de la course en ligne élite masculine présentée dimanche,…

Nos partenaires