10 Déc - 2022 | par Mathieu Laberge

Patinage de vitesse sur longue piste – Coupe du monde

Victorieux, Laurent Dubreuil veut encore faire mieux

Nouvelle

Photo: Patinage de vitesse Canada

Valérie Maltais et cie toujours invaincues à la poursuite par équipe

Montréal, 10 décembre 2022 (Sportcom) – Deux victoires et une deuxième place en trois Coupes du monde de 500 mètres cette saison. Laurent Dubreuil a une fois de plus été dominant, cette fois à Calgary, samedi, alors qu’il a stoppé le chrono à 34,017 secondes, bon pour sa deuxième médaille d’or de la campagne.

S’élançant dans la dernière paire en compagnie du Japonais Wataru Morishige, le Lévisien a seulement été le cinquième plus rapide à l’ouverture, sauf que c’est sur les 400 derniers mètres du parcours qu’il a su faire la différence. Et montrer qu’il était encore le meilleur sprinter de la planète.

Le Japonais Tatsuya Shinhama (+0,17 seconde) et le Sud-Coréen Jun-Ho Kim (+0,18 seconde) l’ont complété le podium.

Également de cette épreuve, le Québécois Christopher Fiola s’est classé 13e avec un chrono de 34,672 s. Cedrick Brunet a quant à lui fini 14e (35,315 s) du groupe B,

Le médaillé d’or était évidemment satisfait de son résultat, mais pas entièrement comblé.

« Je ne pense pas que je suis un perfectionniste dans la vie, mais je le suis dans mon sport. Je suis très compétitif de façon intrinsèque, mais j’ai appris à le canaliser dans ce qui était important », a expliqué Dubreuil, presque gêné.

« C’était très bien et clairement, je ne me plaindrai jamais quand j’arrive à gagner des courses. Il y a deux ou trois petits trucs que j’aurais pu faire un peu mieux », a analysé le gagnant en entrevue à Sportcom, avançant que ses premiers pas au départ n’étaient pas optimaux.

En fait, il se donne une note parfaite de la sortie du premier virage jusqu’à la ligne d’arrivée.

« À partir du moment où j’ai accéléré, j’étais sur une erre d’aller et ç’a vraiment bien été pour le reste de la course. »

Sauf un improbable revirement de situation, l’idée de pulvériser le record du monde de la distance sera aussi remisée pour l’étape de la semaine prochaine qui aura lieu au même endroit.

« La glace à Calgary n’est pas au meilleur qu’on l’a vue. Oui, c’est une glace rapide, mais en fin de semaine, on est loin de ce que cela a déjà été. Il y a neuf records du monde qui ont été faits à Salt Lake City et zéro à Calgary. Salt Lake est clairement plus vite, Calgary peut être extrêmement rapide, mais on n’est pas dans une fin de semaine où ça semble le cas. J’étais à 4 dixièmes de seconde du record du monde. »

Nouvelle tactique, écart plus grand

Quelques heures après leur compatriote Dubreuil couronné au 500 mètres, c’était au tour de Valérie Maltais et ses coéquipières ontariennes Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann de monter sur plus haute marche du podium à la poursuite par équipe féminine.

Les Canadiennes et championnes olympiques en titre ont été les plus rapides sur la glace albertaine grâce à leur temps de 2 minutes 54,492 secondes, alors qu’elles patinaient contre la formation néerlandaise, quatrième du jour.

Après des suggestions faites par leurs spécialistes de la performance, les favorites ont changé leur plan de course habituel : Blondin a ajouté un demi-tour au tour et demi qu’elle fait normalement au deuxième relais. La stratégie semble avoir été la bonne, car les Canadiennes ont impressionné en milieu de parcours où elles ont retranché 1 seconde par tour aux meilleurs temps de passages intermédiaires.

« Nous avons vraiment fait une belle exécution de notre course ! Nous n’avons pas perdu beaucoup de vitesse et les temps aux tours ont été constants, a reconnu Maltais. On se concentre sur ce qu’on a à faire, sur notre course, on lève notre tête à la fin et nous étions toutes surprise de voir qu’il y avait un écart de 3 secondes. »

Les gagnantes ont eu le meilleur sur les Japonaises qui étaient dans la dernière paire de la compétition avec une confortable avance de 3,18 secondes. La médaille de bronze est allée aux patineuses américaines.

Grâce à cette victoire, les Canadiennes ont désormais 120 points au classement de la saison et sont invaincues en deux courses depuis le début de la saison.

« Nous sommes en position où nous sommes l’équipe à battre, alors que dans les dernières années, nous essayions toujours de battre les autres équipes. C’est une position qui est le fun à avoir. On ne fait pas des courses en fonction des autres, mais bien pour savoir comment nous on peut aller plus vite à chaque fois.

La suite dimanche dès 13 h 50, heure du Québec.

Autres résultats québécois

1500 m F

14e (groupe A) – Béatrice Lamarche 1 minute 56,964 secondes (record personnel)

5000 m H

14e (groupe B) – Antoine Gélinas-Beaulieu (6 min 24,653 s)

Vous pourriez aussi aimer...

1 Jan - 2023 | par Sportcom

Commencer l’année 2023 du bon pied

Montréal, 1er janvier 2023 (Sportcom) – Antoine Cyr et Katherine Stewart-Jones n’ont pas eu à attendre bien longtemps en 2023 avant de…

Nos partenaires