26 Juin - 2022 | par Luc Turgeon

Triathlon – Championnats du monde sprint et relais

Les Canadiens bouclent le top-5 du relais mixte à Montréal

Nouvelle

Montréal, 26 juin 2022 – « On n’est probablement pas les favoris, mais on va définitivement avoir une équipe compétitive », avait partagé Emy Legault samedi, en prévision du relais mixte des Championnats du monde sprint et relais de triathlon. La Québécoise l’a prouvé dimanche aux côtés de Tyler Mislawchuk, Charles Paquet et Dominika Jamnicky en signant un impressionnant top-5 à Montréal.

Devant une foule moins nombreuse que la veille, mais dont les encouragements ont été tout aussi appréciés, Mislawchuk a été le premier à s’élancer et figurait parmi les 10 premiers lorsqu’il a donné le relais à Emy Legault.

L’athlète de L’Île-Perrot avait pour mandat de ramener son équipe auprès des meneuses, sans quoi la pente allait être difficile à remonter pour Charles Paquet.

« Je savais que la Norvégienne était une bonne nageuse et bonne cycliste, alors c’était mon repère pour rejoindre l’avant de la course. Mon but était de regarder ses pieds dans l’eau et sa roue à vélo, a expliqué Legault. Il fallait absolument que je reste avec elle, sinon, on allait continuer à reculons pour le reste de la course. »

C’est ce qu’elle a réussi à faire malgré la fatigue cumulée au cours des derniers jours. Une fatigue qu’elle a surtout ressentie à la course à pied, où elle avait l’impression « d’avoir du béton au lieu des cuisses. »

Lorsque son tour est arrivé, Charles Paquet savait pertinemment qu’il se trouvait parmi un groupe relevé grâce à sa coéquipière et qu’il allait devoir travailler d’arrache-pied.

« Je devais m’accrocher (à la natation), malheureusement, je n’ai pas été capable. J’ai me suis fait bloquer le chemin. Ç’a l’air facile de l’extérieur, mais dans l’eau, on ne voit pas très bien ! » a-t-il confié en riant.

Comme il l’a fait tout au long de la fin de semaine, l’athlète originaire de Port-Cartier s’est démarqué à la portion à vélo. Bien positionné parmi le groupe de chasse, il a collaboré avec les autres cyclistes pour réduire l’écart avec les meneurs. Paquet a senti qu’il n’avait pas « la même foulée que samedi à la course à pied. » Cela ne l’a pas empêché d’améliorer son sort pour prendre la quatrième place provisoire.

Dominika Jamnicky se trouvait alors à 50 secondes de la tête pour clore la compétition. Elle luttait pour une place au sein du top-5 et a profité d’une pénalité octroyée à la Suisse pour finir cinquième.

Au final, l’équipe canadienne a signé un temps cumulatif de 1 h 29 min 6 s.

Médaillée d’argent à la course individuelle samedi, la Française Cassandre Beaugrand détenait une avance considérable sur ses poursuivantes en fin de parcours. Bien que cet écart ait diminué à la course à pied, Beaugrand n’a jamais été inquiétée. Forts d’un chrono de 1 h 27 min 14 s, les Français ont remporté la médaille d’or, en plus d’assurer la participation de leur pays à cette épreuve aux Jeux olympiques de 2024, qui auront lieu chez eux, à Paris.

Les Britanniques (+23 secondes) ont assuré leur qualification également, tandis que les Américains (+30 secondes) ont complété le podium.

En ce qui concerne les Canadiens, il s’agit d’un top-5 bien apprécié à la maison.

« Ça dépasse mes attentes, a admis Charles Paquet. Ça fait un moment que le Canada n’a pas eu une telle performance au relais. Il y avait de bonnes équipes aujourd’hui ! Je pense qu’on peut vraiment être fiers. »

« C’est une de mes courses favorites. C’est le fun de voir tout le monde présent autour pour nous encourager et nous amener vers la ligne d’arrivée. J’ai vraiment adoré le weekend », a ajouté Emy Legault.

Les deux Québécois se prépareront maintenant pour les Séries mondiales d’Hambourg, en Allemagne, prévues les 9 et 10 juillet.

Même résultat chez les juniors/U23

Filip Mainville et Pavlos Antoniades étaient aussi en action dans la métropole dimanche. Ils ont fait équipe avec l’Ontarienne Kira Gupta-Baltazar et la Britanno-Colombienne Colette Reimer lors du relais mixte junior/U23. Le quatuor s’est classé cinquième en raison d’un temps de 1 h 26 min 21 s.

Fébrile, Mainville a été le premier Canadien à plonger.

« En étant premier, tout repose sur tes épaules. Si t’as une mauvaise course, tout le monde va écoper par la suite », a souligné le Lavallois, qui a réussi à se reprendre de brillante façon après une natation difficile.

Gupta-Baltazar a pris le relais, puis l’a remis à Pavlos Antoniades, qui bataillait pour percer le top-5.

« Je voulais maintenir notre position et récupérer du temps à la première transition. J’ai poussé fort et j’ai tout donné à la course à pied pour rattraper quelques athlètes », a précisé le Montréalais, qui estime que la portion à vélo a représenté un défi particulier.

« C’était très technique, non seulement il fallait pousser fort, mais aussi être alerte afin de prendre les meilleures courbes et garder le gaz au fond. C’est un bon effort et il faut rester attentif. »

Ici aussi, ce sont les Français qui ont été couronnés champions. Candize Denicot a stoppé le chronomètre à 1 h 24 min 7 s, brandissant un drapeau de la France au-dessus de ses épaules. Les Britanniques et les Allemands ont reçu l’argent et le bronze.

Le format des Championnats du monde sprint et relais était nouveau pour Mainville et Antoniades, qui se disent satisfaits de leur performance.

« C’est le fun, parce que c’est vraiment un effort collectif. On s’encourage à travers ça. Habituellement, on fait nos propres affaires, mais le format rend ça plus dynamique et ça devient un sport d’équipe, a soutenu Antoniades.

« Les erreurs arrivent tout le temps, alors c’est important de ne pas abandonner. Tout le monde a fait des erreurs, mais à force de bûcher, on a réussi à rester dans la course jusqu’à la fin », a-t-il conclu.

Vous pourriez aussi aimer...

18 Nov - 2022 | par Luc Turgeon

Un pressentiment qui se concrétise

Montréal, 18 novembre 2022 (Sportcom) – Lorsque Maxime Deschamps a patiné pour la première fois aux côtés de Deanna Stellato-Dudek en 2019,…

24 Nov - 2022 | par Luc Turgeon

Nouveau format, nouveaux défis

Montréal, 24 novembre 2022 (Sportcom) – En entamant ce cycle olympique, les trampolinistes ont dû apprivoiser un nouveau système de pointage aux…

Nos partenaires