24 Sep - 2022 | par Mathieu Laberge

Cyclisme sur route – Championnats du monde

Simone Boilard quatrième d’une course dans la course

Nouvelle

Photo: Saint-Michel Auber93, Auguste Devaire

Montréal, 24 septembre 2022 (Sportcom) – Simone Boilard est passée près de monter sur le deuxième podium de sa carrière aux Championnats du monde de cyclisme sur route. Médaillée de bronze à la course en ligne junior en 2018, l’athlète de Québec a pris le quatrième rang de celle des moins de 23 ans, samedi, à Wollongong (Australie). Dans le peloton qui regroupait sa catégorie et celle des femmes élites, elle conclut au 22e rang, toutes catégories confondues, dans le deuxième peloton.

Si l’Union cycliste internationale a mis à l’enjeu un maillot arc-en-ciel pour une première fois aux femmes de moins de 23 ans, le pas n’a été franchi qu’à moitié, car ces athlètes n’ont pas eu droit à leur propre épreuve et elles ont dû courser en même temps que celles de la catégorie Élite.

« Ce n’est pas le meilleur format de course si on veut, mais le meilleur moyen de le jouer, c’était de penser à courir la course élite le mieux possible et ensuite voir la situation au dernier tour. C’est bizarre, car c’est un peu une course dans une course. J’espère que dans les prochaines années ils vont faire un vrai format avec une vraie course. Ce sera mieux pour tout le monde », a mentionné Boilard en entrevue à Sportcom après sa plus longue course à vie.

« C’était une course vraiment dure à tous les niveaux, tant le parcours que la distance. J’avais des ambitions pour le titre U23, mais malheureusement, il m’en a manqué de peu sur la ligne. J’ai vraiment tout donné et je n’aurais pas pu en faire plus. »

Boilard a terminé dans le même temps que les médaillées d’argent et de bronze de sa catégorie, la Britannique Pfeiffer Georgi et l’Allemande Ricarda Bauernfeind. La Néo-Zélandaise Niamh Fisher-Black a mis la main sur le titre mondial des moins de 23 ans au terme du parcours de 163 kilomètres.

« J’essaye de relativiser en me disant que je peux être contente de ma course », a poursuivi la Québécoise, rappelant qu’elle est arrivée en Australie seulement jeudi matin en raison de retards dans l’obtention de son visa.

« C’était beaucoup de stress et je n’avais pas beaucoup dormi ni roulé. Ça n’a pas été la préparation idéale, mais je peux être super contente de la façon dont nous avons roulé. […] Je suis satisfaite, mais c’est aussi doux-amer. Mais bon, c’est fait maintenant. »

Simone Boilard participera peut-être à une dernière course cette saison. Elle sera de retour dans l’équipe St-Michel – Auber93 l’an prochain afin de poursuivre sa progression à son rythme, alternant entre des courses World Tour et celles du circuit français.

Annemieck van Vleuten poursuit son année de rêve

Il restait moins d’un kilomètre au parcours de la course lorsque la Néerlandaise Annemieck van Vleuten a surpris le groupe des favorites. Malgré une fracture à un coude survenue quelques jours plus tôt au contre-la-montre mixte par équipe, van Vleuten s’est imposée en solo, une seconde devant la Belge Lotte Kopecky qui s’en voulait au point de frapper son guidon d’avoir laissé filer le titre mondial. Le bronze est allé à l’Italienne Silvia Persico.

La championne du monde 2019 s’est sauvée en solo avec un peu moins d’un kilomètre à faire. Derrière, les membres du groupe des favorites se sont regardées quelques secondes pour voir qui prendrait l’initiative d’organiser la chasse, mais ce fut suffisant pour que la Néerlandaise se forge un écart d’une vingtaine de mètres et qu’elle se rende jusqu’au bout.

La cycliste qui fêtera ses 40 ans dans deux semaines poursuit sa saison de rêve, elle qui a remporté le Tour de France femmes, le Giro d’Italia Donne et le Challenge Vuelta.

Olivia Baril (+4 min 57 s) s’est classée 37e du jour dans le troisième groupe, tandis que Magdeleine Vallières-Mill, de Sherbrooke, n’a pas rallié l’arrivée. L’Albertaine Alison Jackson, 18e, a signé le meilleur résultat canadien du jour dans cette course qui marquait le départ à la retraite de la Manitobaine Leah Kirchmann, 46e, après une carrière professionnelle de dix ans.

Baril a chuté au dernier Tour d’Italie et avec le recul, elle constate qu’elle a précipité son retour à la compétition pour s’élancer au Tour de France quelques semaines plus tard.

« Ça m’a affaiblie un peu pour le reste de ma saison, mais bon, je considère que c’est ma première saison professionnelle. J’ai fait presque 50 courses, j’ai eu des hauts, des bas et beaucoup de nouvelles expériences. C’est normal que je sois fatiguée à ce stade », a expliqué la native de Rouyn-Noranda en rappelant que sa première course de 2022 a eu lieu en février. « Il me faut un break ! »

La Québécoise s’est réjouie de voir Silvia Persico monter sur la troisième marche du podium, elle qui est sa coéquipière dans l’équipe Valcar – Travel & Service dans les courses du calendrier régulier.

« Elle aussi c’était ses premiers mondiaux et elle m’a dit après la course que c’était notre médaille, à elle et moi. J’ai trouvé ça vraiment gentil. Elle m’a dit que si je n’avais pas été là pour elle au Tour de France, elle aurait arrêté. Aujourd’hui (samedi), je n’étais pas dans son équipe, mais qu’elle sache que j’étais dans le peloton, ça la rassurait. »

Baril et Persico ne porteront plus les couleurs de Valcar – Travel & Service l’an prochain, mais elles seront réunies dans une autre formation. L’identité de cette équipe devrait être connue dans les prochains jours.

Pour une première et dernière fois samedi, Baril a fait équipe avec Leah Kirchmann.

« C’était vraiment une bonne capitaine de route et je suis contente d’avoir pu courir au moins une fois avec elle. C’est vraiment une légende du cyclisme canadien et même international. »

En début de journée, chez les femmes juniors cette fois, Éloïse Camiré (+6 min 22 s) s’était classée 41e et meilleure Canadienne, tandis que Pénélope Primeau n’a pas été en mesure de compléter l’épreuve.

La veille, Nicolas Rivard (+5 min 43 s) a été le meilleur représentant du pays à l’épreuve masculine des moins de 23 ans en finissant au 50e rang. Tristan Jussaume n’a pas rallié la ligne d’arrivée.

À l’épreuve masculine junior, Jérôme Gauthier (+11 min 50 s) a conclu en 30e place, dans le même peloton que l’autre Québécois inscrit, Félix Hamel.

Dimanche, Pier-André Côté et Nickolas Zukowsky seront au départ de la course en ligne élite masculine.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

31 Mai - 2024 | par Sportcom

Aurélie Rivard au pied du podium

Montréal, 31 mai 2024 (Sportcom) – Aurélie Rivard (S10) s’est qualifiée pour une deuxième finale en deux jours aux Séries mondiales de…

18 Juin - 2024 | par Sportcom

Clara Émond réussit son retour

Montréal, 18 juin 2024 (Sportcom) – Clara Émond (EF Education – Cannondale) était sur la touche depuis la fin du mois d’avril…

Nos partenaires