14 Fév - 2022 | par Mathieu Laberge

Jeux olympiques – Ski acrobatique (sauts femmes)

Une journée de petites victoires pour Naomy Boudreau-Guertin

Nouvelle

Comité olympique canadien

Montréal, 14 février 2022 (Sportcom) – L’émotion était palpable à la compétition féminine des sauts de ski acrobatique qui a eu lieu lundi, aux Jeux olympiques de Pékin. Aucune des trois Québécoises n’a été en mesure d’accéder à la super finale, mais étant donné qu’elles sont toutes âgées entre 19 et 22 ans, il est fort à parier qu’elles seront de retour dans quatre ans.

Septième, la Sherbrookoise Marion Thénault est celle qui est passée le plus près avec une note de 91,29, ratant sa qualification parmi les six finalistes par 0,71 point. Son Back/Double full-full de la première finale a été très bien réussi. Sa joie a fait place à de l’inquiétude dans son visage au moment du dévoilement de sa note, sachant qu’elle était désormais sur le siège éjectable de la sixième et dernière athlète retenue pour la super finale.

L’Australienne et championne du monde du monde en titre Laura Peel était la dernière qui pouvait la devancer et c’est ce qui s’est produit lorsqu’elle a reçu une note de 100,02.

Naomy Boudreau-Guertin (77,43), de Boischatel, et Flavie Aumond (76,86), de Lac-Beauport, ont respectivement terminé 18e et 19e.

En conclusion de la grande finale, la Chinoise Megtao Xu pleurait de joie après sa victoire qui a été confirmée par l’atterrissage raté de la dernière compétitrice, l’Américaine Ashley Caldwell, qui a terminé le concours en quatrième place. Calwell lui a ensuite chaleureusement donné l’accolade pour la féliciter, faisant contraste avec les relations diplomatiques qu’entretiennent les gouvernements des deux athlètes.

Pour le plaisir

À son arrivée en Chine, rien ne laissait croire que Naomy Boudreau-Guertin obtiendrait son meilleur pointage de la saison. Comme elle l’a indiqué à Sportcom, sa saison avait déjà été minée par des blessures et sa sélection dans l’équipe olympique canadienne était déjà un exploit en soi.

« Au début de la saison, je ne m’attendais pas vraiment à me retrouver ici. Là, disons que je suis sur un petit nuage et je capote ! […] Je me suis fait mal à un genou en Finlande (en décembre 2021) et à Deer Valley (en janvier 2022), je me suis fait mal à une épaule. Il y avait donc beaucoup de craintes et même au camp de préparation olympique, j’avais peur de remonter sur le double (tremplin). Aujourd’hui (lundi), aux Jeux, je me suis retrouvée moi-même, la Naomy que je suis d’habitude. J’ai eu du fun et ç’a marché parce que j’ai atterri mes deux sauts. »

Son plan match n’était pas d’y aller de façon conservatrice, mais plutôt de miser sur le plaisir d’être aux Jeux.

« Je n’ai pas lâché, même si ça n’allait pas bien. J’ai eu du fun. C’est ça que j’ai dit à ma mère et à mon père hier : « Demain, je vais juste avoir du fun ! » Et quand j’ai du fun, je danse toute seule et c’est ça que j’ai fait ! » a poursuivi la skieuse en riant. « Je n’ai pas fini de montrer au monde ce que je suis capable de faire. »

Une autre preuve que sa première expérience olympique a été hâtive, ce n’est pas en Coupe du monde, mais bien en Coupe Nor-Am et en Coupe d’Europe qu’elle conclura sa saison.

Les qualifications de l’épreuve masculine de sauts auront lieu mardi.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

11 Mai - 2024 | par Mathieu Laberge

Une avant-dernière étape avant Paris

Montréal, 11 mai 2024 (Sportcom) – En finissant septième de la finale du 200 m VL2 des Championnats du monde de paracanoë, Mathieu…

Nos partenaires