10 Fév - 2022 | par Mathieu Laberge

Jeux olympiques - Ski de fond (10 km classique femmes)

Sortie frustrante pour Stewart-Jones et Browne

Nouvelle

Nordiq Canada

Montréal, 10 février 2022 (Sportcom) – Les fondeuses Katherine Stewart-Jones et Cendrine Browne partageaient le même sentiment après le 10 kilomètres classique des Jeux olympiques de Pékin : celui d’avoir tout donné avec des ressources limitées. Jeudi, Stewart-Jones a conclu au 36e rang (+3 minutes 2,3 secondes) et Browne au 48e (+3 minutes 41,6 secondes).

La Canadienne Dahria Betty (Yukon, +1 minute 53,9 secondes) a surpris en se classant en 18e place, alors que l’autre Québécoise en action, Olivia Bouffard-Nesbitt, de Morin-Heights, a conclu au 61e rang (+4 minutes 54,8 secondes).

« Je suis pas mal déçue de ma performance. J’ai vraiment tout donné, mais ce n’est pas le sentiment que je voulais (avoir après la course). C’est vraiment difficile. C’est juste une mauvaise journée pour moi et c’est un peu frustrant », a reconnu la Stewart-Jones, âgée de 26 ans.

L’athlète de Chelsea qui s’est classée 23e au skiathlon plus tôt cette semaine a expliqué en français à Sportcom que c’est au deuxième kilomètre qu’elle a su qu’elle n’était pas dans un grand jour.

« Je me sentais correcte dans les deux premiers kilomètres, mais après, j’avais juste les jambes et les bras vraiment lourds. Je savais que ce serait difficile, mais en même temps, avec l’altitude, ça peut être normal. […] Je sais que ma forme est là. »

Le son de cloche était le même chez Cendrine Browne, de Prévost.

« J’espérais mieux parce que j’avais fait un bon classement au skiathlon (20e). Malheureusement, aujourd’hui, il me manquait un petit quelque chose pour être capable de pousser fort. Ça ne peut pas toujours bien aller. On est des êtres humains et je vais la mettre derrière moi celle-là et me concentrer sur ce qui s’en vient. »

Pour faire une analogie automobile, la fondeuse qui était la deuxième à s’élancer sur le parcours a eu l’impression que son moteur stagnait en troisième vitesse. « J’étais accotée, mais je n’allais pas vite. »

La favorite, la Norvégienne Therese Johaug, a ajouté une médaille d’or à sa collection après celle obtenue au skiathlon. Ce n’est que par la mince marge de 40 centièmes de secondes qu’elle a battu la Finlandaise Kerttu Niskanen qui était pourtant première au dernier temps de passage situé à 1,8 kilomètre de l’arrivée.

Comme bien des skieuses, Niskanen a faibli en fin de course pour voir l’or lui glisser des doigts. Krista Parmakoski, également de la Finlande, a complété le podium.

Place au relais

Stewart-Jones et Browne sont confiantes que ce mauvais épisode est derrière elles et elles avaient déjà la tête au relais 4×5 kilomètres de samedi. Stewart-Jones et Beatty devraient skier les portions en style classique, tandis que Browne et Bouffard-Nesbitt seraient retenues pour celles en style libre. L’ordre des skieuses demeure à confirmer.

« J’aimerais bien partir le relais. J’aime ça être la première et ça va tout le temps bien pour moi », a avancé Stewart-Jones.

« Si tout le monde a une bonne journée, je pense qu’on peut être super compétitives », d’ajouter Browne, en conclusion.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

26 Nov - 2022 | par Sportcom

En rafale

Ski alpin – Sorties difficiles pour Grenier et Bennett   Prise deux pour les skieuses Valérie Grenier et Sarah Bennett qui ont…

Nos partenaires