29 Oct - 2022 | par Luc Turgeon

Patinage de vitesse sur courte piste – Coupe du monde

Steven Dubois s’offre en spectacle à Montréal

Nouvelle

Une première médaille en Coupe du monde pour Roussel et Pelletier

Montréal, 29 octobre 2022 (Sportcom) – Steven Dubois a tenu les spectateurs montréalais sur le bout de leur siège samedi, à la Coupe du monde de patinage de vitesse sur courte piste présentée à Montréal. Son acharnement l’a mené vers une médaille d’argent, alors qu’un seul millième de seconde l’a séparé du médaillé de bronze. Quelques minutes plus tard, il a vu ses coéquipiers recrues Félix Roussel et Mathieu Pelletier finir le travail qu’il avait entamé au relais mixte.

Le premier 1500 m de la campagne s’annonçait corsé et deux Québécois étaient à surveiller en grande finale. Dubois avait reçu la médaille d’argent aux Jeux olympiques de Pékin sur cette distance, tandis que son coéquipier Pascal Dion en avait fait autant deux mois plus tard, aux Championnats du monde.

Les deux vétérans se sont suivis en début de course, puis Steven Dubois a perdu du terrain en raison d’un accrochage avec le Belge Stijn Desmet. Peu de temps après, Desmet est entré en collision avec Pascal Dion, alors deuxième, et a provoqué sa chute.

« Il (Stijn Desmet) essaye souvent de faire ses dépassements rapidement et ça fait en sorte qu’il est super agressif. Je ne l’ai même pas vu, il était en arrière de moi et a presque fait un plaquage de hockey ! » a commenté Dion après la compétition.

Cette manœuvre a d’ailleurs mené à une disqualification pour Desmet.

Après la séquence, Dubois a entamé une brillante remontée, offrant des dépassements spectaculaires à la foule réunie à l’Aréna Maurice-Richard. Le Sud-Coréen Park Ji Won est finalement sorti victorieux en 2 min 14,152 s. Tout juste derrière, on a vu son compatriote Hong Kyung Hwan ainsi que Steven Dubois étirer leur jambe à l’arrivée.

Spectateurs comme athlètes ont fixé l’écran géant pendant plusieurs minutes par la suite, en attente des résultats officiels. Les cris se sont fait entendre lorsque la deuxième place de Dubois s’est concrétisée, comme il en avait fait la prédiction à son coéquipier Jordan Pierre-Gilles.

Par seulement un millième de seconde, rappelons-le.

« Je pense que je ne me suis jamais trompé ! Quand je finis, je le sais d’habitude. J’ai hésité quand même, on parle d’un millième, mais j’arrivais tellement vite! J’ai sorti le patin et il (Hong Kyung Hwan) ne s’y attendait pas », a raconté Dubois, triple médaillé olympique des Jeux de Pékin.

« Ça m’a surpris aussi. En fait, je pense que j’ai surpris beaucoup de monde dans les estrades ! Je l’ai rattrapé à la dernière seconde et s’il m’avait vu venir, je ne pense pas que je l’aurais eu. »

Pascal Dion a dû se contenter du sixième échelon.

« J’ai bien effectué ma stratégie et je n’aurais pas pu mieux courser. Ce sont des stratégies que je mets en place depuis plusieurs mois pour essayer d’aller gagner des courses. J’étais en excellente position, deuxième avec quatre tours à faire, mais l’accrochage avec le Belge m’a coûté cher. »

Gagnon fait ses preuves

En entrevue avec Sportcom cette semaine, Claudia Gagnon assurait ne pas être « simplement de passage » cette saison et voulait vite le prouver. Encouragée par ses proches, elle a tenu parole en participant à la finale A du 1500 m, comme elle l’avait fait à sa dernière Coupe du monde disputée dans la métropole, en 2019.

Elle est passée bien près de ne pas y être. En demi-finale, l’Allemande Anna Seidel a heurté la Néo-Brunswickoise Renée Steenge, entraînant Gagnon dans leur chute. La patineuse de La Baie a reçu son billet pour la finale A.

Elle se trouvait parmi les meneuses dans la première moitié de la finale, notamment entourée de la sextuple médaillée olympique Suzanne Schulting et de la championne du monde en titre Choi Min-jeong.

« Je me suis battue et j’ai démontré que j’avais ma place avec elles. Je n’ai pas été impressionnée par les autres compétitrices. J’ai oublié qui j’affrontais en arrivant sur la glace, j’ai osé des choses et j’ai appris de tout ça », a souligné Gagnon, ravie de son retour.

Le rythme a accéléré aux derniers tours et la Québécoise n’a pas été en mesure de maintenir la cadence. Elle a été la septième à franchir l’arrivée.

Dans une classe à part lors de cette course, Schulting a raflé l’or. La Néerlandaise a devancé la Sud-Coréenne Kim Gilli et l’Américaine Kristen Santos-Griswold.

À lire également : Claudia Gagnon et Danaé Blais, plus sages et mieux préparées

Des débuts en bronze

À leurs débuts en Coupe du monde, Félix Roussel et Mathieu Pelletier ont uni leurs efforts à ceux de Courtney Sarault et Rikki Doak à l’occasion de la finale du relais mixte.

Doak avait fait équipe avec Pascal Dion, Steven Dubois et Claudia Gagnon lors des quarts de finale de cette épreuve, puis ses coéquipiers ont cédé leur place.

Dernier relayeur, Pelletier a tout tenté pour subtiliser la deuxième place, allant jusqu’à perdre pied à la ligne d’arrivée. Sa chute a mené à une médaille de bronze, à seulement 31 centièmes de seconde du patineur belge qu’il tentait de dépasser. Les Sud-Coréens ont mérité l’or grâce à un temps de 2 min 39,586 s.

« On savait qu’on avait de bonnes jambes et qu’on était capables, mais je ne pense pas que c’était notre objectif principal », a souligné Pelletier, qui avait conclu au 34e rang du 1000 m plus tôt.

« Ça s’est passé vite ! Je vais devoir regarder la vidéo pour me rappeler tout ce qui s’est passé. Il y a eu beaucoup d’Action, mais quand on a passé la ligne, il y a eu beaucoup de soulagement. Ç’a bien été et c’était le fun de vivre ça à Montréal », a ajouté Roussel, 24e du 1000 m.

À lire également : Une relève qui brille et qui épate

Jordan Pierre-Gilles au pied du podium

Jordan Pierre-Gilles a raté son objectif de podium de peu au 1000 m en terminant quatrième. Seulement 27 millièmes de secondes l’ont privé d’une médaille de bronze. Avec un écart aussi minime, il se dit optimiste de pouvoir se reprendre très rapidement.

« Je ne pouvais pas passer plus près ! Il y a des choses que j’aurais pu faire pour être en meilleure position pour gagner et il reste encore beaucoup de compétitions », a souligné le Sherbrookois, précisant que sa blessure à la cheville subie aux Championnats canadiens ne l’a pas embêté.

De son côté, Maxime Laoun est passé par le repêchage avant d’accéder à la finale B. Victime d’une chute à ce qui a été sa première présence à une finale depuis l’étape de Montréal en 2019, Laoun conclut le 1000 m au huitième rang.

Toujours au 1000 m, Kim Boutin n’a pu atteindre la finale A chez les femmes. La Sherbrookoise s’est classée neuvième après avoir pris le quatrième rang de sa vague des demi-finales. Qualifiée pour la finale B, elle a préféré ménager ses forces en prévision du relais 3000 m.

Danaé Blais a quant à elle été stoppée aux quarts de finale dans une course serrée pour finir 11e au classement final. Se trouvant à l’extérieur de sa zone de confort au 1000 m, l’athlète de Châteauguay retient du positif de sa performance.

« Je suis quand même fière de moi. Il y a un an, faire une course à une telle vitesse dans un 1000 m, je n’aurais jamais été dans le coup. »

Les relais féminin et masculin ont fermé la marche samedi.

Pour la première fois de sa carrière, Danaé Blais a été la dernière relayeuse du groupe et a été rattrapée par son opposante américaine en fin de parcours. Les Canadiennes ont d’abord terminé troisièmes et étaient qualifiées pour la finale B, jusqu’à ce que les Sud-Coréennes, seules en tête durant la courte, soient pénalisées et contraintes à céder leur place. La finale A aura lieu dimanche.

Le relais masculin, composé des quatre champions olympiques en titre, a fini en beauté en remportant aisément sa vague des demi-finales. À la suite d’une telle performance, où les Kazakhs ont accusé un retard de plus de deux secondes sur les Canadiens, Dion, Dubois, Laoun et Pierre-Gilles ne viseront rien de moins que l’or dimanche.

« Je n’ai rien eu à faire ! Ils ont ouvert et je me suis dit “ouain, c’est plate’’… C’était parfait comme journée et je pense que demain, on va être vraiment forts », a conclu Steven Dubois.

Vous pourriez aussi aimer...

10 Fév - 2024 | par Sportcom

William Dandjinou triomphe au 1500 m de Dresden

Montréal, 10 février 2024 (Sportcom) – William Dandjinou, Félix Roussel et Steven Dubois ont célébré en grand la reprise des activités dans le circuit de la…

Nos partenaires