5 Juil - 2022 | par Mathieu Laberge

Cyclisme sur route – Tour de France (hommes) et Tour d’Italie (femmes)

Wout Van Aert s’impose en solo en attendant les pavés

Nouvelle

Photos: Israel - Premier Tech, Groupama-FDJ

Montréal, 5 juillet 2022 (Sportcom) – Frustré de finir deuxième à chaque étape depuis le début du Tour de France, Wout Van Aert (Jumbo-Visma) n’a pas pris de chance et c’est en solo qu’il a remporté la quatrième étape du Tour de France, mardi. Le Belge a pu profiter de l’aide de ses coéquipiers qui ont dynamité la course dans la dernière bosse du jour pour filer seul en tête avec une dizaine de kilomètres à faire.

Qui plus est, c’est vêtu du maillot jaune que Van Aert s’est imposé au terme des 172 kilomètres entre Dunkerque et Calais. Et il n’y a pas que les spectateurs qui ont été impressionnés par ce numéro solo de celui qui avait remporté trois étapes au Tour de l’an dernier.

« On a eu droit à du grand Van Aert ! », a commenté Antoine Duchesne (Groupama-FDJ) après l’étape où il a épaulé le meneur de son équipe. « Le mot d’ordre est de toujours bien s’occuper de David (Gaudu) et il passe encore bien à travers tout. »

Le Québécois, 149e du jour, est rentré tranquillement au bercail en discutant avec son compatriote Guillaume Boivin (Israel – Premier Tech), 148e. Les deux anciens champions canadiens ont fini dans un groupe qui a accusé un retard de 5 minutes 25 secondes. Au général, ils sont respectivement 161e (+9 min 31s) et 154e (+7 min 47 s).

Hugo Houle (Israel – Premier Tech) a lui aussi travaillé pour son leader. Tout comme Duchesne, il a trouvé la fin de courses particulièrement tendue.

« L’objectif aujourd’hui (mardi), c’était de garder Jakob (Fuglsang) au chaud dans le peloton. Ç’a été une journée quand même très nerveuse avec beaucoup de petites routes, des changements de direction et un peu de vent. C’était assez usant », a analysé l’athlète de Sainte-Perpétue, qui finit 24e (+8 secondes) dans le premier groupe.

Plusieurs cassures sont apparues dans le groupe après le coup de semonce des Jumbo-Visma dans la côte du Cap Blanc-Nez et Houle a dû passer à l’action.

« J’ai réussi à ramener Jakob dans le groupe de tête. J’ai roulé avec mon coéquipier Krists Neilands (17e) pour qu’on retrouve le groupe de tête et après nous étions bien pour finir l’étape devant. […] Le retour en France marque le retour des fournitures et des îlots sur la route. On l’a vu et on l’a ressenti, mais ç’a quand même bien été. »

Plus tôt dans la journée, le détenteur du maillot de meilleur grimpeur, le Danois Magnus Cort Nielsen (EF Education-EasyPost), est à nouveau parti à la chasse aux points alors qu’il a fait partie de l’échappée en compagnie du Français Anthony Perez (Cofidis). Le peloton avait laissé filer le duo de tête qui détenait près de 7 minutes d’avance avec 100 kilomètres à faire

Perez a pris la fuite de son compagnon d’échappée à 45 kilomètres de la ligne pour ensuite être rejoint avec un peu plus de 10 kilomètres à faire lors de l’attaque décisive des Jumbo-Visma.

Wout Van Aert est en bonne position pour conserver son maillot jaune à l’issue de l’étape de mercredi, dont le parcours empruntera 11 secteurs pavés, car il excelle sur ce type de terrain. Hugo Houle aussi, de quoi le mettre en confiance lorsqu’il va travailler pour ses coéquipiers Fuglsang et Boivin.

« J’ai l’expérience sur les pavés et ce sera un plus, car ce ne sont pas tous les coureurs au Tour de France qui en ont l’habitude », a conclu celui qui est 61e (+1 min 51 s) au classement général.

Tour d’Italie (femmes)

Comme le dénivelé du parcours le laissait présager, le final de la cinquième étape du Tour d’Italie féminin s’est joué au sprint de peloton, mardi, au terme des 126 kilomètres entre Carpi et Reggio Emilia. L’Italienne et championne du monde en titre Elisa Balsamo (Trek-Segafredo) a remporté sa deuxième étape du Tour, elle qui s’était imposée à la première.

Magdeleine Vallières-Mill (EF Education-Tibco-SVB), qui est désormais la seule Québécoise dans le peloton après l’abandon d’Olivia Baril (Valcar – Travel & Service), a été la 113e à franchir la ligne d’arrivée avec un retard de 1 minute 45 secondes.

Pas de changement au sommet du classement général alors que la Néerlandaise Annemiek Van Vleuten (Movistar) demeure en rose grâce à un coussin de 25 secondes sur sa plus proche rivale, l’Espagnole Mavi Garcia (UAE Team ADQ). La Sherbrookoise est 121e (+30 minutes 29 secondes).

La sixième étape sera disputée mercredi entre Sarnico et Bergame.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

19 Nov - 2022 | par Louis-Michel Lelièvre

De l’or et des records personnels

Montréal, 19 novembre 2022 (Sportcom) – Laurence Fournier Beaudry et Nikolaj Sorensen se trouvaient au premier rang du classement général provisoire après…

Nos partenaires