1 Mar - 2020 | par Émilie Bouchard Labonté

Plongeon - Séries mondiales

Un dimanche à deux médailles d’or pour Jennifer Abel

Nouvelle

Montréal, 1er mars 2020 (Sportcom) – Déjà médaillée d’or au 3 m synchro féminin vendredi dernier, Jennifer Abel a de nouveau visité la plus haute marche du podium à deux occasions, dimanche, en conclusion de la première étape des Séries mondiales disputée à la piscine du Parc olympique de Montréal. La plongeuse lavalloise s’est non seulement imposée à l’épreuve individuelle, mais a aussi dominé le 3 m synchro mixte en compagnie de François Imbeau-Dulac.

« Je suis vraiment heureuse d’avoir pu donner ce spectacle. Je ne pouvais demander mieux et je suis contente d’avoir pu montrer à ma famille que je pouvais gagner trois médailles d’or sur trois ! »

Les choses avaient moins bien commencé en demi-finale individuelle dimanche matin. Éprouvant des difficultés à son troisième et cinquième plongeon, Abel était finalement parvenue à mettre la main sur le dernier laissez-passer disponible pour la finale en prenant le troisième rang.

La Québécoise a réussi à mettre ce fâcheux épisode derrière elle pour revenir en force en finale. Malgré un départ plus discret qui la plaçait au quatrième échelon après le deuxième plongeon, Jennifer Abel a pris la tête de la compétition à son troisième passage pour la conserver jusqu’à la fin.

Première à s'élancer pour chaque ronde de la finale, Jennifer Abel a bien composé avec l’ambiance animée qui régnait autour de la piscine. « J’ai été capable d’apprécier le moment quand j’étais sur la planche et d'entendre les fans qui embarquaient. Ils étaient là pour moi et m’encourageaient. »

Ses quatrième et cinquième plongeons ont d’ailleurs particulièrement fait réagir la foule, mais aussi ses entraîneurs sur le bord de la piscine. « Je suis vraiment contente. J’ai crié sous l’eau à mes deux derniers plongeons, même s’il fallait que je reste dans ma bulle après le quatrième, car il me restait encore un gros plongeon. Ce n’était pas fini. »

À son cinquième passage, la Québécoise jouait gros avec son double périlleux et demi avant en position carpée avec deux vrilles, le plongeon au degré de difficulté le plus élevé de toute la finale de 3 mètres, toutes plongeuses confondues. « C’est mon plongeon le plus difficile. Il est en dernier pour une raison. Quand j’en ai besoin, je sais que je suis capable de le faire et c’est ce que je me suis dit en embarquant sur la planche. C’était mon plongeon et j’allais le réussir. »

En cumulant 363,00 points, Abel a terminé la compétition en détenant une avance de plus de 40 points sur la Russe Mariia Poliakova, deuxième avec 320,25 points. L’Australienne Anabelle Smith a pour sa part terminé troisième avec 317,25 points. Également de la finale, Pamela Ware avait bien commencé la séance en étant en tête aux deux premiers tours. Les choses se sont ensuite corsées et elle a conclu au cinquième échelon en récoltant 311,55 points.

De retour sur le tremplin plus tard en soirée, cette fois aux côtés de François Imbeau-Dulac, Jennifer Abel a complété sa fiche parfaite. Les deux Québécois ont conservé la première place de bout en bout de la finale pour totaliser 314,52 points. La Grande-Bretagne (309,57 points) et le Mexique (283,20 points) ont revendiqué les deux autres marches du podium.

Le duo québécois ne s’était pourtant pas beaucoup entraîné en vue de la compétition en synchro mixte. « François et moi, nous nous étions entraînés qu’une seule fois ensemble depuis les Championnats du monde. Nous nous sommes jumelés pour cette compétition et nous avons donné le meilleur de nous-même. »

Pour Imbeau-Dulac, cette victoire rachète un peu sa contre-performance à l’épreuve individuelle masculine. Samedi, il avait fini sixième et dernier de sa demi-finale. « Pour moi, hier était une grosse déception. Je me suis levé ce matin en me disant que j’allais être capable de changer de scénario et d’offrir une performance avec Jennifer dont je pourrai être fier. »

Riendeau tout près du podium

Deux autres plongeurs québécois étaient en finale dimanche soir au Parc olympique. Vincent Riendeau et Nathan Zsombor-Murray faisaient partie des six finalistes à l’épreuve individuelle à la tour de 10 mètres.

Riendeau a bien tiré son épingle du jeu. Troisième après trois plongeons et provisoirement quatrième, à quelques points à peine du troisième, le Russe Viktor Minibaev, avant son dernier passage sur la plateforme, l’athlète de Beaconsfield a finalement conservé son quatrième rang en obtenant une note totale de 439,75 points.

Minibaev a terminé en force pour grimper au deuxième rang avec 472,65 points, derrière le Britannique Noah Williams, vainqueur avec 493,35 points. Le podium a été complété par un autre Russe, Aleksandr Bondar, qui a récolté 468,10 points.

 « Son plongeon était presque parfait ! » a concédé Riendeau au sujet de Minibaev. « C’était très serré jusqu’au dernier plongeon. »

Riendeau a connu un peu plus de difficultés à son dernier passage à la tour. «. J’ai manqué un peu mon plongeon, qui est nouveau sur ma liste. J’ai raté mon entrée à l’eau. Je vais devoir pratiquer ça en vue des prochaines Séries mondiales. »

Une quatrième place est cependant loin de décevoir le plongeur de 23 ans qui trace un bilan positif de cette première fin de semaine de Séries mondiales de la saison. « Ça me donne beaucoup de confiance, en synchro et en individuel. Ça me rassure, car les dernières semaines ont été plus difficiles sur mon corps. J’ai eu des entraînements un peu moins chargés. J’ai démontré à moi-même que j’étais capable de compétitionner au même niveau. »

Sixième, Nathan Zsombor-Murray participait quant à lui à sa première finale individuelle en Séries mondiales. « Ma finale n’a pas été comme j'aurais espéré, mais personnellement, c’était pour moi une pratique pour la Coupe du monde. »

La prochaine étape des Séries mondiales aura lieu du 20 au 22 mars à Kazan, en Russie.

Vous pourriez aussi aimer...

9 Sep - 2023 | par Mathieu Fontaine

Terek Been : apprendre dans l’adversité

Montréal, 9 septembre 2023 (Sportcom) – Membre du quatre de couple canadien inscrit aux Championnats du monde d’aviron de Belgrade, Terek Been avait imaginé…

Nos partenaires