8 Avr - 2016 | par Éric Gaudette-Brodeur

Water-polo – Tournoi de qualification olympique

Un troisième quart hasardeux coule les Canadiens

Montréal, 8 avril 2016 (Sportcom) – L’équipe canadienne masculine de water-polo n’a pas saisi vendredi sa dernière chance d’obtenir un laissez-passer pour les Jeux de Rio. Un difficile troisième quart de la part de la délégation nationale a permis à la formation espagnole de l’emporter 8-7 en quart de finale du Tournoi de qualification olympique de Trieste, en Italie.

« C’est sûr que le résultat est difficile à digérer, surtout en pensant que nous devrons attendre un autre quatre ans avant de retenter notre chance. C’est très décevant », a indiqué Nicolas Constantin-Bicari, qui revit le même film que celui de la qualification des Jeux de 2012, où les porte-couleurs de l’unifolié avaient été exclus du carré d’as par les Grecs.

Évidemment triste et amer, le Repentignois a tout de même insisté pour tracer un bilan positif des efforts des siens. « Je suis super fier de notre équipe! Les gars ont travaillé fort tout au long de la compétition, ils n’ont pas lâché et ils ont tout donné. »

Outre l’Espagne, l’Italie, la France et la Hongrie, les autres gagnants des quarts de finale, ont aussi rejoint les huit nations qui étaient déjà qualifiées pour le prestigieux rendez-vous estival, soit l’Australie, le Brésil, la Croatie, les États-Unis, la Grèce, le Japon, le Monténégro et la Serbie.

Les Hongrois, premiers du groupe A, sont venus à bout des Allemands 8-7, les Italiens, qui ont fini en tête du groupe B, ont disposé des Roumains 8-7 alors que les Français ont surpris les Néerlandais, deuxièmes dans le groupe B, dans un triomphe de 12-11 en fusillade.

Marquage serré

Invaincus en cinq rencontres des préliminaires avec trois victoires et deux verdicts nuls, deuxièmes du groupe A, les Canadiens étaient favoris sur papier face aux Espagnols, troisièmes du groupe B grâce à quatre gains et une défaite, mais surtout absents des Championnats du monde de la FINA l’an dernier.

Au premier quart, les Canadiens, neuvièmes aux derniers mondiaux de la FINA, ont pris les devants 1-0 grâce au Saskatchewanais Kevin Graham. Ils ont cependant vu leurs rivaux répliquer peu de temps après, puis faire 2-1 sur un lancer de pénalité. Faisant l’objet d’un marquage très serré, ils n’ont pu profiter de leurs quelques chances pour créer l’égalité.

Dans les premiers instants du deuxième engagement, Justin Boyd, de Beaconsfield, a finalement réussi à ramener les deux équipes à la case départ. Quelques secondes plus tard, un lancer du Montréalais George Torakis a frappé le poteau, un tournant dans le match, puisque les Espagnols ont ensuite pris les devants 3-2, puis 4-2 sur un tir de pénalité. Boyd a toutefois fait à nouveau bouger les cordages avec moins d’une minute à faire à la demie pour réduire l’écart à un seul but.

Au retour, les Espagnols ont cependant pris le contrôle de l’affrontement, grâce entre autres au brio de leur gardien Daniel Lopez. Après avoir fait 5-3, ils ont vu leur cerbère fermer la porte sur un tir du revers pris du centre à quelques pieds de lui. À 6-3, il a bloqué un autre lancer du revers d’un joueur laissé seul au centre. Lopez a de nouveau encore frustré les Canadiens en faisant un arrêt alors que deux des siens étaient exclus. Il a ultimement été récompensé par ses coéquipiers, qui ont marqué un septième but.

Trop peu, trop tard

Tirant de l’arrière par quatre, les représentants du pays ont commencé le quatrième quart en force. Même s’ils ont vu leur attaque initiale prendre fin sur un arrêt du gardien, ils ont réduit l’écart à trois buts grâce à l’Ontarien John Conway. Puis, avec environ trois minutes à faire au temps réglementaire, un tir de Nicolas Constantin-Bicari a heurté le poteau à la droite de Lopez, un résultat extrêmement décevant puisque les Espagnols ont fait 8-4 quelques secondes plus tard.

Le Britanno-Colombien Constantine Kudaba a redonné un peu d’espoir aux siens, marquant dès l’attaque suivante. L’Albertain Jared McElroy a même réduit l’écart à deux buts à 6-8 avec 1 minute et 18 secondes au tableau, mais une passe ratée une trentaine de secondes plus tard a mené à la reprise du ballon par leurs adversaires et a bousillé toute possibilité de retour. McElroy a enfilé le septième but des siens avec moins d’une seconde à faire.

Le Gatinois Dusan Aleksic a été l’adjoint du Saskatchewanais Robin Randall, qui était devant le filet. David Lapins, aussi de Gatineau, était l’autre Québécois membre de la formation canadienne.

Les unités spéciales ont fait la différence dans ce duel, les joueurs à la feuille d’érable ne réussissant pas à capitaliser sur les nombreuses exclusions de leurs rivaux, contrairement à ces derniers. « Les Espagnols ont accompli un excellent boulot en avantage numérique, alors que nous avons connu des difficultés. C’est un aspect super important dans ce genre de match. C’est ce qui nous a coûté la victoire », a estimé Constantin-Bicari.

« Nous avons eu plusieurs occasions de revenir de l’arrière, a-t-il poursuivi. Les Espagnols forment toutefois une très bonne équipe. Il faut leur donner le crédit qui leur revient. Ils ont vraiment bien joué. Leur gardien a fermé la porte plusieurs fois dans des moments-clés. »

Vous pourriez aussi aimer...

18 Nov - 2022 | par Luc Turgeon

Un pressentiment qui se concrétise

Montréal, 18 novembre 2022 (Sportcom) – Lorsque Maxime Deschamps a patiné pour la première fois aux côtés de Deanna Stellato-Dudek en 2019,…

Nos partenaires