7 Mar - 2016 | par Émilie Bouchard Labonté

Boccia - 6 mois avant les Jeux paralympiques

Une lutte au sommet à prévoir

Montréal, 7 mars 2016 (Sportcom) – « Les Jeux paralympiques, c’est notre Super Bowl ! » Six mois séparent maintenant le joueur de boccia Marco Dispaltro et ses coéquipiers de leur plus grand rendez-vous de l’été.

L’athlète de Saint-Jérôme, tout comme Alison Levine, de Montréal, et Éric Bussière, de Verchères, n’ont peut-être pas encore leur nom sur un billet d’avion en direction du Brésil, mais la confirmation de leur présence à Rio le 7 septembre prochain n’est qu’une formalité. Les Championnats du monde individuels, disputés à Pékin du 19 au 26 mars, sont la dernière étape du processus de sélection, mais les points amassés par les trois Québécois les assurent déjà de remplir les critères nécessaires.

Dispaltro et Levine, qui rivaliseront chez les BC4, ainsi que Bussière, en action chez les BC3, ne prendront pas pour autant les Mondiaux à la légère ! Ceux qui seront également accompagnés des Québécois Iulian Ciobanu (BC4), de Montréal, et Marylou Martineau (BC3), de Québec, profiteront de l’occasion de démontrer qu’ils font partie de l’élite de leur sport.

Un premier rang à reconquérir

Pour Marco Dispaltro, l’objectif est simple. Les Championnats du monde sont l’occasion de redevenir le leader du classement mondial chez les BC4.  «C’est ma chance de redevenir premier au monde. Ce serait une super rampe de lancement en vue de Rio », affirme l’actuel numéro deux mondial, derrière Yuk Wing Leung, de Hong Kong.

Le Québécois en est rendu à finaliser sa préparation. « Je ne suis pas monté sur le podium à mes derniers tournois, mais j'étais juste à côté. Ce n’est pas une grosse débarque. C’est seulement un lancer ou deux qui sont clés et que je n’ai pas bien réussis. Je n’ai pas à réinventer la roue », explique celui qui a travaillé sur sa respiration pour avoir une meilleure exécution.

« Je sentais un peu plus de tension au niveau de l’épaule avant et j’ai remarqué que me relâcher le plus possible semble rapporter des dividendes. Mon degré de relaxation est plus élevé au moment de lancer mes balles. »

Malgré sa maladie dégénérative, la dystrophie musculaire, Marco Dispaltro est toujours considéré comme l’un des joueurs les plus puissants au monde dans sa catégorie. « Physiquement, j’ai peut-être perdu un mètre et demi sur mon lob depuis que j’ai commencé à jouer au boccia, mais la force est encore là. »

De son côté Alison Levine a bien l’intention d’utiliser les Championnats du monde pour améliorer sa confiance. « Pendant toute la compétition, je veux rester dans ma zone, peu importe si j’ai une mauvaise manche ou si je lance une mauvaise balle. Je ne veux pas me laisser déconcentrer et finir mon tournoi en me disant que j’ai super bien fait, peu importe le résultat. »

Onzième au monde, mais première athlète féminine au classement mixte, l’athlète de 25 ans a bien l’intention de faire compétition à son coéquipier Dispaltro pour le titre. «  Bien sûr que de gagner est mon objectif ultime ! Mais pour être réaliste, j’aimerais finir avec une médaille. »

Le compte à rebours est commencé !

À six mois de la cérémonie d’ouverture, Marco Dispaltro est déjà gagné par l’excitation, mais ne cache pas sa nervosité. « Nous attendons les Jeux avec beaucoup de fébrilité et j’espère que la population locale répondra à l’appel ! Mais le Brésil a bien des problèmes à l’horizon, le peuple est assez mécontent du gouvernement actuel alors il y a un peu d’incertitude à propos du climat politique et social dans lequel les Jeux se produiront », explique-t-il.

Malgré cette part d’inquiétude, Dispaltro a bien hâte de participer à ses deuxièmes Jeux paralympiques. Et d'affronter chez elle la puissance mondiale qu’est le Brésil dans la catégorie BC4 ne fait qu’augmenter sa fébrilité. « J’adore cette adversité ! Et d’être le «mauvais», celui que la foule n’encourage pas, me sied très bien ! »

Médaillé de bronze en double BC4 aux Jeux paralympiques de Londres, l’athlète de Saint-Jérôme conserve des souvenirs très chers de sa première aventure paralympique. « Mon podium a été le moment le plus fort de ma carrière sportive et c’est un moment que je veux rééditer. »

« Je veux faire partie de ces moments corsés où ça passe ou ça casse. Je vis pour remporter ces médailles ! » poursuit-il.

Son partenaire de 2012 Josh Van Der Vies à la retraite, il devrait faire équipe à Rio avec Alison Levine, qui elle participera à ses premiers Jeux. « Je suis très excitée. C’est une grande motivation pour moi cette année et plus les mois avancent, plus ça devient concret. »

Actuellement sixièmes au monde, les deux joueurs, qui ont qualifié le pays en vainquant pour la première fois les Brésiliens lors des Championnats des Amériques l’an dernier, feront partie des formations à battre. « Nous n’avons pas encore joué à la hauteur de notre potentiel. Nous n’avons pas réussi à être au sommet de notre forme en même temps depuis la qualification. Nous savons que nous avons toutes les capacités pour dominer et nous avons hâte de le prouver ! » conclut Dispaltro.

Vous pourriez aussi aimer...

29 Juil - 2022 | par Louis-Michel Lelièvre

En rafale – Jeux du Commonwealth

Cyclisme sur piste – Médaille d’argent pour Lauriane Genest Lauriane Genest a été la première Québécoise à remporter une médaille aux Jeux…

17 Juil - 2022 | par Sportcom

En rafale

Vélo de montagne – Laurie Arseneault 28e en Andorre Laurie Arseneault a obtenu le meilleur résultat québécois de la journée chez les…

Nos partenaires