18 Août - 2021 | par Luc Turgeon

Racquetball - Championnats de l'IRT

Reprise difficile pour Samuel Murray

Nouvelle

Photo: Twitter / International Racquetball Tour

Montréal, 18 août 2021 (Sportcom) – Une grosse victoire apporte parfois son lot de confiance chez un athlète. C’est toutefois la pression de devoir revenir en force que Samuel Murray a ressentie la fin de semaine dernière aux Championnats de l’International Racquetball Tour (IRT).

En action à Highlands Ranch, au Colorado, le Québécois a renoué avec la compétition après avoir gagné le tout premier titre de sa carrière dans le circuit international en janvier dernier, lors du Pro-Am Suivant Consulting de Lilburn, en banlieue d’Atlanta.

Les choses se sont moins bien déroulées à son retour au jeu et Murray a été limité à une seule rencontre en simple, au Colorado. Il s’est incliné en deux manches de 15-6 et 15-4 contre le Bolivien Carlos Keller Vargas, qui occupe le 13e rang mondial.

« C’est un joueur que j’ai affronté quelques fois jusqu’à maintenant. C’est un bon joueur, mais il n’a pas un bon classement parce qu’il ne fait pas beaucoup de tournois », a souligné Murray, de retour à la maison après un périple de plusieurs heures dû aux différentes mesures sanitaires et à l’achalandage des aéroports.

Classé quatrième au monde, l’athlète originaire de Baie-Comeau n’a rien tenu pour acquis pour entamer l’événement. Il a connu du succès en début de rencontre, mais la séquence fut de courte durée. C’est tout le contraire qui s’est produit pour le Bolivien qui a augmenté la cadence. Samuel Murray est demeuré sans réponse.

« Je savais que ça allait être dur. Je lui ai donné plusieurs chances et il en a profité chaque fois. Je n’ai jamais vraiment été dans le coup », a-t-il mentionné.

Les derniers mois qui se sont écoulés sans avoir la chance d’affronter l’élite mondiale ont rendu la tâche difficile à l’athlète de 28 ans, qui doit constamment trouver des compromis à l’entraînement. Il a du mal à retrouver un calibre similaire à celui de l’IRT. L’adaptation n’a tout simplement pas suivi une fois qu’il a été confronté à un des meilleurs joueurs au monde sur le court de Highlands Ranch.

« Plusieurs choses changent en compétition, comme la vitesse de la balle, par exemple. Surtout en altitude où la vitesse augmente. Je n’ai pas été en mesure de m’ajuster. J’ai été surpris, je pensais être en confiance après avoir gagné le tournoi (en janvier). En entrant en scène, j’ai vu que c’était le contraire. »

Une consolation

En plus de participer au tournoi en simple, Murray a fait équipe avec la Guatémaltèque Gabriela Martinez en double mixte.

Après avoir eu droit à un laissez-passer au premier tour, le duo Murray-Martinez a vaincu Alan Natera et Carla Munoz en deux manches de 15-7 et 15-12.

Lors des quarts de finale, Samuel Murray et Gabriela Martinez ont fait face aux Mexicains Andree et Jessica Parrilla. Ils ont échappé la première manche 15-14, puis Murray et sa coéquipière ont remporté les deux engagements suivants au compte de 15-5 et 11-10 pour filer vers les demi-finales.

Ils se sont alors opposés aux Mexicains Sebastian Fernandez et Alexandra Herrera et ont perdu 15-14 et 15-10, ce qui est venu mettre fin à leur tournoi.

« J’ai eu une opportunité à 14-14 au premier set, mais je ne l’ai pas saisie. Ç’a fait mal et on a eu de la difficulté à revenir, même si on a bien commencé la deuxième manche », a raconté Murray, qui était jumelé à Martinez pour la première fois de sa carrière.

« J’ai aimé jouer avec elle ! Elle était intense et j’ai eu du plaisir en double mixte après ma performance en simple. J’étais content de retrouver la compétition et ça m’a redonné un peu de confiance aussi. »

Samuel Murray n’avait pas joué en mixte depuis environ deux ans. Son calendrier devrait être plus chargé cet automne avec la tenue de nombreuses compétitions, à commencer par les Championnats canadiens qui seront présentés à Montréal en septembre. Il retournera ensuite aux États-Unis pour différents tournois, dont le US Open, prévu à Minneapolis du 6 au 10 octobre.

Vous pourriez aussi aimer...

8 Sep - 2021 | par Luc Turgeon

Tous pour un à l’étape-reine

Montréal, 8 septembre 2021 (Sportcom) – Nickolas Zukowsky et ses coéquipiers de la formation Rally ont tout fait pour accompagner le grimpeur…

Nos partenaires