24 Avr - 2022 | par Mathieu Laberge

Cyclisme sur route – Liège-Bastogne-Liège (femmes et hommes)

Au tour de Magdeleine Vallières-Mill d’être dans une échappée d’un Monument

Nouvelle

Photo: EF Education-TIBCO-SVB

Montréal, 24 avril 2022 (Sportcom) – La Sherbrookoise Magdeleine Vallières-Mill (EF Education-TIBCO-SVB) a fait partie d’une échappée en compagnie de Jeanne Korevaar (Liv Racing Xstra), Quinty Ton (Liv Racing Xstra) et Flora Perkins (Le Col – Wahoo) qui a pris le large avec un peu plus de 105 km à faire à Liège-Bastogne-Liège, dimanche, en Belgique.

Le quatuor a finalement été rejoint une quarantaine de kilomètres plus tard, mais cela n’a pas empêché la Québécoise de 20 ans de pleinement savourer ce moment.

« C’était la première fois que je faisais partie d’une échappée en Europe, alors c’était assez spécial, surtout à Liège-Bastogne-Liège ! Avec tout le monde dans les montées et sur les côtés, c’était vraiment cool ! Les filles de Liv Racing Xstra travaillaient bien, mais en étant peu de filles, il n’y avait pas beaucoup de chances qu’on aille très loin, mais c’était un risque à prendre », a avancé Vallières-Mill, 63e (+12 min 57s) au classement.

« J’ai beaucoup appris aujourd’hui (dimanche), tant stratégiquement que pour voir comment ça se passe dans une course comme ça », a-t-elle poursuivi, un peu gênée.

L’autre Québécoise inscrite, Olivia Baril (Valcar – Travel & Service, + 4 minutes 49 secondes), a été la deuxième meilleure Canadienne du jour en 36e place derrière Leah Kirchmann (DSM), 31e, qui a terminé dans le même peloton qu’elle.

« Je n’avais pas de bonnes jambes aujourd’hui et je n’étais pas capable de suivre dans la Côte de la redoute (située à 20 kilomètres de l’arrivée) », a indiqué la cycliste de Rouyn-Noranda, qui savait avant le départ de l’épreuve qu’elle n’était pas au meilleur de sa forme, même si elle avait fini 16e à la Flèche Wallonne, plus tôt cette semaine.

« J’ai fait ce que j’ai pu et j’ai beaucoup souffert, alors je n’ai pas de regrets. C’est juste de la déception que mes jambes n’étaient pas au rendez-vous, mais ça arrive et on passe à autre chose. »

Karol-Ann Canuel a pris sa retraite de la compétition la saison dernière et la relève québécoise commence à prendre sa place. À l’image de Vallières-Mill, Baril avait elle aussi fait partie d’une échappée au Tour des Flandres.

« Karol-Ann a vraiment fait une belle carrière et on essaie de voir si on peut faire aussi bien qu’elle. On a encore le temps », a conclu Vallières-Mill.

La Néerlandaise et championne du monde 2019 Annemiek Van Vleuten (Movistar) a finalement pu décrocher une victoire alors qu’elle s’est imposée en solo, 43 secondes devant l’Australienne Grace Brown (FDJ Nouvelle-Aquitaine Futuroscope). Gagnante de la Omloop Het Nieuwsblad à la fin février, Van Vleuten avait ensuite enchaîné les deuxièmes places à Strade Bianche, au Tour des Flandres et à la Flèche Wallonne.

Les deux Québécoises seront de retour à la compétition au Festival Elsy Jacobs, une course de trois étapes qui aura lieu au Luxembourg, du 29 avril au 1er mai.

Evenepoel s’impose, Houle fait le boulot

L’équipe Quick-Step Alpha Vinyl avait fait chou blanc dans la saison des Classiques et Remco Evenepoel mis fin à cette disette à l’épreuve masculine de Liège-Bastogne-Liège, faisant fi de son dossard numéro 13, pour remporter en solo le premier Monument de sa carrière. Une victoire qui apportera aussi un baume sur la terrible chute de son coéquipier, le champion du monde Julian Alaphilippe, qui s’est retrouvé dans un fossé et dont le bulletin de santé n’avait pas été publié au moment d’écrire ces lignes.

L’Espagnol Mikel Landa (Bahrain – Victorious) a été le principal animateur des premières attaques sérieuses pour revenir sur l’échappée du jour. Avec 43 kilomètres à faire, dans la montée de la Côte de Desnier, il a fait le ménage dans le groupe des principaux favoris en multipliant les attaques et les changements de rythme.

C’est à ce moment que le Québécois Hugo Houle (Israel – Premier Tech) a fait son boulot pour épauler ses coéquipiers Michael Woods et Jakob Fuglsang dans le groupe des favoris qui, plus tard, allaient batailler pour la deuxième place.

« Je devais faire ma part pour garder la course ensemble, car la formation Bahrain – Victorious était très dangereuse avec plusieurs bons coureurs et aussi Quick-Step Alpha Vinyl et Movistar, qui étaient aussi agressifs à ce moment-là », a analysé le coureur de Sainte-Perpétue, 53e (+7 minutes 35 secondes) du jour.

« Par la suite, j’ai placé Jakob et Mike dans la montée clé (l’avant-dernière), la Redoute. Il m’en a manqué un petit peu pour être capable de rester en contact avec le groupe et j’ai été distancé étant donné que j’avais fourni des efforts conséquents. J’ai fait le travail qui m’était demandé, alors je suis content. Et aussi content d’avoir évité la chute. »

L’accident dans le peloton est survenu dans une descente en ligne droite du Col du Rosier avec un peu moins de 60 kilomètres à faire. Une vingtaine de coureurs se sont retrouvés au sol, dont deux coéquipiers du Québécois qui « vont bien » selon Houle, sans entrer dans les détails.

L’avance du dernier survivant de l’échappée du jour, Bruno Armirail (Groupama – FDJ), est passée sous la barre d’une minute dans la Redoute au moment où Remco Evenepoel a porté son attaque décisive avant le sommet de la bosse, à 29 kilomètres de la fin.

Le Belge s’est rapidement mis en mode de contre-la-montre et il a rattrapé le Français 8 kilomètres plus loin. Une fois dans la Côte de la Roche aux Faucons, à un peu moins de 15 kilomètres de la ligne, Evenepoel a décroché Armirail. Le futur vainqueur a maintenu son coussin oscillant entre 30 et 40 secondes sur le groupe de poursuivants qui n’a jamais réellement organisé la chasse, ce qui a permis à Jakob Fulglsang et Wout Van Aert de revenir après avoir été décrochés.

Alexandr Vlasov (BORA – hansgrohe) est bien parti en solo avec 8 kilomètres à faire, mais il a été rattrapé à 2 kilomètres de la ligne. Fuglsang a amené Woods qui a été emboîté du côté droit dans le final et a terminé dixième.

Quelques instants plus tard, Houle a franchi l’arrivée dans le même groupe que l’ancien champion du monde Philippe Gilbert (Lotto – Soudal), dernier Belge à avoir remporté Liège-Bastogne-Liège avant Evenepoel, et qui a été célébré tout au long du parcours parce qu’il prenait part à la dernière Doyenne de sa carrière.

« Dans la Roche aux Faucons, tout le monde scandait son nom et ils le remerciaient. Chapeau à lui d’avoir participé 17 fois à Liège-Bastogne-Liège et c’est quand même une sacrée carrière qu’il a connue avec tous ses succès. Je connais quand même assez bien Philippe, alors c’était le fun d’être là », a ajouté Houle, admiratif, qui s’accordera un peu de repos avant un camp préparatoire aux îles Canaries.

Il sera de retour à la compétition au Tour de Suisse à compter du 12 juin.

-30-

Vous pourriez aussi aimer...

5 Fév - 2024 | par Mathieu Laberge

Entre la jeunesse et la sagesse

Montréal, 5 février 2024 (Sportcom) – Elles n’en sont qu’à leurs débuts ensemble sur la scène internationale, sauf que la complicité et…

Nos partenaires