22 Sep - 2023 | par Louis-Michel Lelièvre

Sports cyclistes

Cyclisme sur piste et cyclisme sur route : une combinaison gagnante

Nouvelle

Montréal, 22 septembre 2023 (Sportcom) – Même si le cyclisme sur piste et le cyclisme sur route sont deux disciplines qui présentent des similitudes évidentes, rares sont les athlètes de haut niveau qui peuvent se permettre de partager leur temps entre les deux spécialités et de connaître du succès dans ces deux options.

Toutefois, la combinaison des deux disciplines peut avoir des effets positifs dans la carrière de certains athlètes.

La Belge Lotte Kopecky l’a bien démontré aux Championnats du monde des sports cyclistes, en août dernier, en remportant les titres de championne du monde sur route, ainsi qu’à la course par élimination et aux points sur la piste.

La Québécoise Lily Plante a pris la décision au cours du printemps de troquer son vélo de piste pour celui de route pour la saison estivale dans le but de développer de nouvelles habiletés. Un choix qu’elle ne regrette aucunement.

« Je voyais que je n’avais pas énormément de chance de faire partie de l’équipe canadienne sur piste pour les Jeux olympiques de Paris, alors je me suis dit que c’était le bon moment de créer mes propres opportunités. La route et la piste sont très complémentaires et je savais que cette expérience allait être bénéfique pour la suite de ma carrière », a expliqué Lily Plante.

L’athlète de 22 ans a signé un contrat avec la formation VC Morteau-Montbenoît, une équipe de niveau national 1 en France qui offrait un calendrier intéressant qui correspondait à ce que recherchait Plante pour une première saison complète en Europe.

« J’ai vraiment appris beaucoup de choses cette année ! Je vois tellement de trucs sur la route qui vont m’être bénéfiques lorsque je serai de retour sur la piste. Sur le plan technique, j’apprends beaucoup à me frotter aux autres et ça va m’aider sur la piste. Je m’entraîne énormément etsur le long terme, je vais être capable de mieux encaisser l’intensité des entraînements de piste », a remarqué la Québécoise.

« L’expérience des courses de plus de 100 kilomètres va certainement avoir un impact sur mon endurance en Madison et en poursuite. Je vais avoir une base très solide et c’est certain que ce sera un atout important. »

Évidemment, son expérience en cyclisme sur piste a été à son avantage pour elle dès son arrivée sur le Vieux Continent. Plante était déjà à l’aise dans les sprints massifs, elle qui a l’habitude de se retrouver tout près de ses adversaires sur la piste.

« J’ai un rôle de leader dans les sprints, dans les arrivées où on doit jouer du coude et je suis vraiment dans mon élément. Et dans les épreuves de montagnes, je suis capable d’appuyer mes coéquipières et m’assurer qu’elles soient bien placées en fin de course », a-t-elle indiqué.

Lily Plante avoue toutefois que la piste gardera toujours une place spéciale dans son cœur. C’est d’ailleurs dans cette discipline qu’elle tentera de participer aux Jeux olympiques de Los Angeles, en 2028 avec un coffre à outil bien rempli.

Le vélodrome de Bromont change la donne

Au Québec, le tout nouveau vélodrome Sylvan-Adams de Bromont a déjà commencé à porter fruit, notamment grâce à la médaille de bronze de Justin Roy aux plus récents Championnats du monde juniors de cyclisme sur piste.

Étant à la base un athlète sur route, Roy a profité du Centre national de cyclisme de Bromont pour s’initier à la piste et a pu y voir plusieurs bienfaits pour son développement.

« J’ai appris plusieurs nouvelles capacités techniques en m’entraînant sur la piste de Bromont. Mes années sur la route m’ont évidemment grandement aidé à mes débuts sur la piste, puis, grâce à la piste, je suis beaucoup moins nerveux lorsqu’on roule en haute vitesse dans les pelotons. Ça m’aide aussi énormément à garder la forme pour les débuts de saison sur route », a expliqué Roy.

Le constat est assez similaire du côté d’Adèle Desgagnés. La Montréalaise a partagé son temps entre la route et la piste dans les dernières années et, selon elle, l’arrivée du vélodrome aura certainement plusieurs effets positifs pour la suite de sa carrière.

« C’est difficile de combiner les deux disciplines à un haut niveau. Ce sont des efforts différents, mais vraiment complémentaires. Le vélodrome a changé tellement de choses dans ma vie et dans ma carrière. D’avoir un endroit comme Bromont, tout près de la maison et qui combine des offres de route et de piste, c’est exceptionnel pour des jeunes athlètes ! » a conclu Desgagnés.

Vous pourriez aussi aimer...

25 Fév - 2024 | par Mathieu Laberge

Les fleurettistes canadiens seront à Paris !

Montréal, 25 février 2024 (Sportcom) – L’équipe canadienne masculine de fleuret a officieusement assuré sa place aux Jeux olympiques de Paris l’été…

Nos partenaires