20 Juil - 2022 | par Luc Turgeon

Cyclisme sur route – Tour de France

Hugo Houle s’accorde une journée plus calme

Nouvelle

Photo: Israel - Premier Tech

Montréal, 20 juillet 2022 (Sportcom) – « Ç’a bien été, j’ai retrouvé mon petit quotidien normal », a résumé d’emblée Hugo Houle au lendemain de sa victoire historique signée à la 16e étape du Tour de France. Le cycliste d’Israel – Premier Tech s’est offert une sortie plus tranquille mercredi, où les meneurs s’en sont donné à cœur joie dans les montagnes.

L’athlète de Sainte-Perpétue n’a pas eu de difficulté à descendre de son nuage pour entreprendre la 17e étape. Après tout, le 109e Tour de France n’est pas encore terminé et Houle s’y était préparé.

« Je le savais d’ores et déjà, ça fait partie de notre sport. On a eu de belles émotions hier, c’était exceptionnel, mais il ne faudrait pas que je l’aille dur comme ça tous les jours, parce que je n’arriverais pas à la fin de ce Tour de France! » a raconté le Québécois en entrevue avec Sportcom.

« Les jambes étaient bonnes, c’est clair que c’était un peu plus raide au début. On est partis à vive allure, alors ce n’était pas évident. »

Les coureurs n’ont effectivement pas tardé à se défier mercredi et le peloton s’est vite fracassé. De multiples attaques ont été tentées dans les 50 premiers kilomètres. Guillaume Boivin (Israel – Premier Tech) a été l’instigateur de l’une d’entre elles avec le Britannique Owain Doull (EF Education-EasyPost), mais a été repris par le peloton une dizaine de kilomètres plus loin.

Houle a préféré se tenir à l’écart et est demeuré dans le même groupe près de ses coéquipiers, sans dépenser trop d’énergie.

« Nous sommes rentrés tranquillement au bercail. Ç’a été une journée un peu plus calme qui m’a fait du bien. Il y a eu beaucoup d’émotions et beaucoup d’énergie hier! Je suis content de ma course et ç’a bien été », a résumé celui qui a terminé 41e (+18 minutes 47 secondes).

Boivin a quant à lui fini 128e (+32 minutes 7 secondes), tandis qu’Antoine Duchesne, de la formation Groupama-FDJ, s’est classé 43e (+19 minutes 6 secondes).

Thibaut Pinot, coéquipier de Duchesne, a réussi à s’échapper en compagnie du Kazakh Alexei Lutsenko (Astana) dans le Col d’Aspin avec environ 70 kilomètres à faire. Ils ont maintenu le rythme lors des deux premières ascensions avant d’être rejoints et lâchés dans le col de Val-Louron-Azet, à 25 kilomètres de l’arrivée.

« On a été à bloc toute la journée. Thibaut a bien tenté de gagner en sortant dans l’Aspin et on était bien représentés dans les deux premiers cols, a souligné Duchesne. David (Gaudu) a vraiment dû se battre et Valentin (Masouas) a fait un travail incroyable pour le garder dans la course. Pour ma part, j’étais vraiment bien! C’est ma meilleure performance en haute montagne et je me sens encore super bien. »

À lire : « Un grand jour pour le cyclisme québécois »

Duel au sommet

La 17e étape était très attendue dans la lutte au classement général, où le Danois Jonas Vingegaard (Jumbo-Visma) détenait toujours une avance de 2 minutes et 22 secondes sur le double champion en titre Tadej Pogacar (UAE Emirates) en début de journée.

Un duel qui a attiré toute l’attention sur les 129,7 kilomètres du parcours, encore plus lors des 20 derniers kilomètres, lorsque le meneur de l’équipe UAE Emirates a attaqué dans le col de Val-Louron-Azet. Il a rapidement été suivi de Vingegaard, qui n’a rien cédé à son rival.

En l’absence de son principal lieutenant Rafal Majka, qui s’est retiré du Tour après s’être blessé à une cuisse la veille, Tadej Pogacar peut remercier son coéquipier américain Brandon McNulty, élu coureur le plus combatif de cette 17e étape. Ce dernier a ouvert la voie au Slovène pour lui permettre de rattraper l’échappée et créer un écart important avec les autres meneurs. Il s’est également joint au duo de tête en fin de course pour soutenir son leader.

L’ascension de Peyragudes promettait tout un spectacle et les partisans attendaient impatiemment l’attaque de Pogacar, puis la réplique du maillot jaune.

McNulty a toutefois mené la charge durant la majeure partie de la montée. Avec un dénivelé de 16 %, à 400 mètres de l’arrivée, Tadej Pogacar a finalement tenté sa chance, mais Vingegaard s’est accroché.

Le Slovène a été le plus fort au sommet des Peyragudes et a remporté l’étape, mais n’a repris que quatre secondes sur son opposant en raison des bonifications. À 23 ans, il s’agit néanmoins de sa neuvième victoire d’étape sur le Tour.

L’affrontement se poursuivra jeudi à la 18e étape, la dernière prévue en montagne. Un parcours de 143,2 kilomètres qui mènera les compétiteurs au sommet à Hautacam.

Antoine Duchesne fera tout en son pouvoir pour soutenir David Gaudu, présentement cinquième au classement général provisoire (+7 minutes 57 secondes).

De son côté, Hugo Houle estime qu’il pourrait y avoir de belles occasions de s’échapper après une étape aussi éprouvante pour les leaders.

« On va voir comment je me sens et quelle sera la stratégie de l’équipe. Si je me sens bien, pourquoi pas? Il n’y a aucune pression à ce niveau. L’important est de rallier Paris maintenant. J’ai fait deux podiums sur ce tour et je veux bien rentrer. Si je peux faire autre chose, ce sera un petit bonus. »

Vous pourriez aussi aimer...

1 Oct - 2022 | par Sportcom

En rafale

Basketball – Le Canada termine au pied du podium Le Canada a subi la défaite 95-65 aux mains de l’Australie samedi dans…

9 Sep - 2022 | par Mathieu Laberge

Les Québécois au bout de leurs limites

Québec, 9 septembre 2022 (Sportcom) – Le plateau du Grand Prix cycliste de Québec était le plus relevé de l’histoire et c’est…

Nos partenaires